Vignes

Les études de la coopérative Estandon sur le potentiel redox

Le scanner portatif par spectrométrie de la société Senseen mesure le potentiel redox grâce à une feuille de vigne. Photos : Estandon

En menant des études sur le potentiel redox dans ses vignes, la coopérative Estandon espère pouvoir comprendre l’impact de diverses pratiques et mieux conseiller ses adhérents. La mise au point en 2022 d’un scanner de mesure doit faciliter la démocratisation de l’approche.

Vous devez être un abonné prémium pour pouvoir lire la suite

Déjà abonné, identifiez-vous

Pas encore abonné ? Abonnez-vous