Fertilisation raisonnée

420 congressistes aux 14es rencontres Comifer-Gémas

Les 14es rencontres de la fertilisation raisonnée et de l’analyse, organisées par le Comifer-Gémas, ont rassemblé près de 420 congressistes. Photo O.Lévêque/Pixel6TM
Les 14es rencontres de la fertilisation raisonnée et de l’analyse, organisées par le Comifer-Gémas, ont rassemblé près de 420 congressistes. Photo O.Lévêque/Pixel6TM

Les 14es rencontres de la fertilisation raisonnée et de l’analyse, organisées par le Comifer-Gémas avec le soutien de l’Afes (Agence française pour l’étude des sols), ont rassemblé près de 420 congressistes (+ 4 % par rapport à 2017) à Dijon les 20 et 21 novembre derniers. 100 étudiants ont également participé à ces rencontres (dix écoles représentées, dont Agrosup Dijon, Isara Lyon, Unilasalle, Vetagro Sup, YNCREA, etc.). Objectif : faire partager les avancées de la recherche et du développement sur la fertilisation raisonnée. Cette année, au-delà des travaux présentés sur la préservation de la qualité de l’air et de l’eau et sur les indicateurs biologiques des sols, les sujets de l’économie circulaire et de la valorisation des produits résiduaires organiques (notamment digestats de méthanisation) étaient particulièrement mis en avant. Les actes sont disponibles dès à présent sur le site pour les adhérents, et seront ensuite disponibles pour l’ensemble des personnes souhaitant les consulter (un mois après les rencontres).

Parmi les interventions, celle de l’Unifa sur la future réglementation des fertilisants avec un marquage CE. Ce nouveau règlement (UE) n°2019/1009 fertilisants (UE), paru au Journal officiel le 25 juin dernier, entrera en application le 16 juillet 2022. Il permettra de mettre sur le marché des fertilisants minéraux et organiques, organo-minéraux, biostimulants et tous les supports de culture de qualité agronomique selon des règles et un étiquetage commun dans toute l’Union européenne (CE).

Autre sujet mis en avant : le label Comifer, mis en place depuis maintenant un an afin de garantir la conformité des outils à la méthode Comifer. Depuis février dernier, 16 outils de calcul de doses ont été labéllisés. Une marque et un logo sont en train d’être travaillés afin d'augmenter la lisibilité du label.

Les travaux de Vivescia sur les PRO primés

Enfin, les travaux de la coopérative Vivescia sur l’impact de l’apport de digestats sur la production des cultures ont été primés (prix du deuxième meilleur poster des rencontres). Philippe Gérard, expert fertilisation à la coopérative, a ainsi pu présenter l’expérimentation menée sur une même parcelle pendant trois ans (orge de printemps, colza, blé) avec un apport de produit provenant de la phase liquide du digesteur (70 % lisier de porc, 30 % pulpe de betterave). L’apport de 40m3 de digestat correspondait à 90 UN/ha (composition du produit variable, avec Ntot de 2,3 à 3,6  ‰). Résultats : un déplafonnement observé des rendements sur les trois cultures (+5 q/ha en orge, + 7-8 q/ha en colza). « L’efficience azote du digestat est bonne et l’effet sur la production de biomasse-couverts et colza est très net », se félicite Philippe Gérard. Certains points de vigilance sont cependant à suivre : importance d’incorporer rapidement le produit compte tenu de sa teneur en azote ammoniacale élevée ; besoin de réaliser régulièrement des analyses sur la composition du digestat qui est très variable ; et recommandation de réaliser un reliquat azoté sortie hiver pour réaliser un plan de fumure prévisionnel.