Naissance

Coop de France Grand-Est officiellement créée

Sylvain Hinschberger, président de Coop de France Grand-Est : « Être les acteurs de cette évolution. » Photo : Jean-Luc Masson.
Sylvain Hinschberger, président de Coop de France Grand-Est : « Être les acteurs de cette évolution. » Photo : Jean-Luc Masson.

La nouvelle fédération régionale de la coopération du Grand-Est a concrétisé son existence juridique le 12 avril, à Épernay. Présidée par Sylvain Hinschberger, elle est le produit de la fusion de cinq fédérations et unions, précédemment en exercice sur les trois anciennes régions.

Coop de France Grand-Est est née officiellement le 12 avril à Épernay. La fédération des coopératives vinicoles de la Champagne (Fcvc) a, en effet, ratifié à son tour sa fusion avec Coop de France Lorraine, l’union régionale des groupements de producteurs d’Alsace Lorraine (Urgepal), Coop de France Alsace et Coop de France Champagne-Ardenne.

Fusion-absorption

L’opération consiste en une absorption par la Fcvc des quatre autres fédérations, après dissolution sans liquidation, l’ensemble se fondant dans une seule structure : Coop de France Grand-Est, avec effet rétroactif au 1er janvier 2019. La gouvernance s’instaure autour d’un conseil d’administration de 12 membres, dont la présidence a été confiée à Sylvain Hinschberger, agriculteur meusien, vice-président de Vivescia, et préfigurateur de la nouvelle structure.

Les objectifs qui ont présidé à ce rapprochement, en préparation depuis plus de deux ans, se situent dans la complémentarité des missions exercées sur des filières ou des secteurs géographiques différents. Toutes se reliaient à Coop de France nationale. La nécessité de disposer d’une organisation représentative pour peser sur la région Grand-Est, mais aussi sur le niveau national, s’est faite jour. Le rapprochement des filières agricoles et viticoles est aussi ressorti de la volonté commune.

Trois pôles seront créés : animal, viticole et végétal, avec mise en place de sections dans les deux premiers et désignation de délégués au conseil d’administration. Le siège social de Coop de France Grand-Est est confirmé à Laxou, sur le pôle agricole régional. Deux antennes sont situées route du vin à Beblenheim (Haut-Rhin) et avenue de Champagne à Epernay.

Alexandrine Legras-Populus, la directrice de la Fcvc, devient directrice de Coop de France Grand-Est.

Treize collaborateurs

La nouvelle fédération régionale de la coopération disposera de treize collaborateurs, dont quatre juristes, trois spécialistes des affaires sociales et trois animateurs du service production et agroalimentaire.

« L’intérêt de coordonner les services rendus aux adhérents, en mutualisant les ressources, en pérennisant l’existant et en créant de nouveaux services », justifie Alexandrine Legras-Populus.

Sylvain Hinschberger incite ses mandants à être les acteurs de cette évolution, argumentant sur le fait que beaucoup de sujets dépassent désormais les stricts contours géographiques ou ceux des métiers de base. Il indique vouloir travailler sur le rôle et sur le statut des administrateurs par la formation. Un objectif qu’il s’est fixé, considérant que les États généraux de l’alimentation ont traduit une forme de suspicion envers la transparence à l’intérieur des coopératives. La nouvelle entité Coop de France Grand-Est revendique être le porte-parole de 260 entreprises regroupant plus de 56 000 adhérents sur dix départements. Ces coopératives disposent de plus de 11 250 salariés et pèsent économiquement l’équivalent d’un chiffre d’affaires consolidé d’environ 14,4 milliards d’euros.

Jean-Luc Masson, Le Paysan Lorrain, édition du 19 avril 2019.