transport

Quand les prix du carburant flambent

Certains transporteurs ont dû appeler leurs clients pour leur annoncer qu’ils allaient désormais appliquer l'indexation gazole. Photo : tunach17/Adobe Stock

Cela n’a échappé à personne : il s’est produit début mars un épisode très marquant et très brutal d’augmentation du prix du carburant, avec un baril de pétrole allant jusqu’à frôler les 140 $. Pour beaucoup de transporteurs routiers, cela s’est apparenté à une catastrophe.

« Des hausses de prix des assurances inévitables »

Pour Mélanie Pressans, responsable supply chain et international à la direction compétitivité et transition écologique de LCA, les hausses de prix des assurances sont inévitables afin de répercuter les sinistres liés au conflit en Ukraine. Photo : DR

Les activités transport des coopératives sont impactées par le conflit ukrainien-russe. Comment La Coopération agricole (LCA) les accompagne-t-elles dans ce contexte ?

Un tracking des températures pour le pet care

Wael Cheaib, directeur général de SafeCube  : « Nous avons  pu émettre des recommandations opérationnelles  pour notre client. » Photo : SafeCube

Parce que leur nouveau produit pet care était sensible aux températures supérieures à 35 °C, Nestlé Purina a souhaité évaluer les risques potentiels lors du transport et du stockage.

Délais coronavirus : une nouvelle exception pour le secteur du grain

Pour le Gouvernement, l’enjeu est de permettre au secteur du grain de préserver son fonctionnement à un niveau proche de la normale. CP : MeussieuxGilles/Adobe Stock

L'ordonnance publiée au Journal officiel ce 4 juin 2020 prévoit une dérogation à une disposition qui permet d’éviter que des retards dans l’exécution des clauses de vente ou de livraison pendant l’épidémie entraînent des pénalités.

Les ports maritimes s’organisent pour le maintien de l’activité

Le retour massif des porte-conteneurs en provenance de Chine est donc attendu pour avril dans les ports européens. Photo : Gilles Paire/Adobe Stock

Sécurité sanitaire des travailleurs portuaires et poursuite de l’activité pour ne pas interrompre les chaînes logistiques sont les deux lignes de conduite des ports maritimes face à l’épidémie de Covid-19. Un ralentissement de l’économie française est cependant à l’œuvre, qui diminue les flux de marchandises. D’un autre côté, la reprise de l’activité en Chine s’accompagnera en avril 2020 d’un nombre accru de conteneurs dans les ports européens.

Nouvelles obligations pour le transport de marchandises

Si les lieux ne sont pas pourvus d’un point d’eau, du gel hydroalcoolique doit être mis à disposition. Photo : Tilio & Paolo/Adobe Stock

Un arrêté publié au Journal officiel le 20 mars dernier oblige notamment les transporteurs à équiper les véhicules de savon, mais aussi les lieux de chargement et déchargement.

Les ministres ont rencontré les élus des Hauts-de-France

Les échanges ont notamment porté sur le montage financier du projet de Canal Seine-Nord Europe. © ingwio/Fotolia

Après l’annonce début juillet d’une pause dans le projet du canal Seine-Nord Europe, la ministre chargée des Transports et le ministre de l’Action et des Comptes publics ont rencontré des élus des Hauts-de-France ce 12 septembre.

L’économie de carburant vient en roulant

Un GPS topographique intégré au système EfficientCruise permet au camion d’anticiper les dénivelés des prochains kilomètres et d’adapter ainsi le rapport de boîte, le régime moteur et la vitesse pour entamer une montée, selon Florient Myrope. Photo : Florient Myrope

Depuis les années 2000, les constructeurs s’intéressent beaucoup à la baisse de consommation de leurs camions. Man vient de franchir un nouveau cap avec sa gamme EfficientLine 2.

La multimodalité pour attirer les flux amont

L’investissement dans un terminal de conteneurs et dans 350 mètres linéaires de nouveaux quais a attiré de nouvelles entreprises sur le port de Metz. Photo  : Société des ports de Moselle

À défaut de cales amont en nombre suffisant, les ports fluviaux de la Moselle misent désormais sur l’intermodalité pour attirer des entreprises importatrices et assurer ainsi la compétitivité à la filière agricole historiquement présente sur les quais.

Un trafic en hausse de 7,1% pour les céréales

Le trafic fluvial pourrait être multiplié par quatre sans risque d’engorgement. Photo : VNF P.Cheuva

Le fluvial a le vent en poupe pour les céréales, mais il doit continuer à réfléchir à l’avenir de son réseau pour rester compétitif face aux transports routiers notamment.

L’État affiche son ambition pour la logistique

« France Logistique 2025 » a comme ambition de « renforcer la logistique d’aujourd’hui et préparer celle de demain ». Selon Vincent Magdelaine, directeur métiers du grain chez Coop de France, ce rapport annonce de bonnes intentions mais c’est un plan « très large et assez stratosphérique ».