Syngenta

Accompagner les agriculteurs grâce à Terres, puits de carbone

Avec 100 000 ha d’orges hydrides semées en 2019, ce sont potentiellement 50 000 t de carbone qui sont restituées au sol chaque année. Photo : Syngenta

Syngenta souhaite faire émerger des techniques de production bas carbone. Citons, notamment, les orges hybrides. Syngenta va accompagner les agriculteurs afin que le stockage carbone soit une activité rémunératrice pour eux par le biais du projet Terres, puits de carbone.

Déplafonner les rendements du tournesol, et pourquoi pas ?

Les densités de semis ont été modulées dans l’itinéraire optimisé. CP : Terres du Sud

Avec le projet Tournesol 4.0, le groupe coopératif Terres du Sud, Agrosolutions et Syngenta veulent revaloriser une culture qui atteint trop rarement son potentiel génétique. Retrouver des quintaux est l’objectif d’un essai agronomique mené en 2020. Sur l’itinéraire optimisé, la marge brute a été améliorée de plus de 90 euros/ha.

Le S-Clean pour se laver les mains aux champs

Le S-Clean est un système de lave-mains qui se fixe à la barre de montée en cabine du tracteur. Photo O.Lévêque/Pixel 6TM

Mis au point en collaboration avec le fabricant d’agromachinisme Solhead et un groupe d’agriculteurs pilotes, et suite à un stage de master en agroéquipement en 2017, la société Syngenta a développé le S-Clean, un système de lave-mains qui se fixe à la barre de montée en cabine du tracteur, pour un gain d’hygiène et afin de l

Qualicible, une cartographie d’emploi des prosulfocarbes

Qualicible est un outil gratuit de cartographie pour aider au respect des nouvelles conditions d’emploi des herbicides céréales à base de prosulfocarbe. François-Xavier Bauer, responsable agriculture durable chez Syngenta. Photo O.Lévêque Pixel 6TM

Lors des Culturales 2019 de Poitiers, Syngenta a présenté Qualicible, un outil gratuit de cartographie accessible sur Smartphones, tablettes et ordinateurs, pour aider au respect des nouvelles conditions d’emploi des herbicides céréales à base de prosulfocarbe.

Avizio, OAD pour piloter sa protection fongicide sur blé

Premier OAD payant de Syngenta, Avizio est un outil pour le pilotage de la protection fongicide sur céréales. Photo O.Lévêque Pixel 6TM

Premier OAD payant de Syngenta, Avizio est un outil pour le pilotage de la protection fongicide sur céréales, qui va être proposé aux agriculteurs au travers des coopératives et négoces, après avoir été testé durant trois campagnes chez 60 dis

Viser 20 % de parts de marché en semences de céréales

« Syngenta attend les premiers produits issus de la collaboration avec DSM en cultures spécialisées et grandes cultures pour une mise en marché en France après 2024 », souligne Bruno Baranne. Photo : S.Bot/ATC

En semences, Syngenta détient 14 % des parts de marché en céréales. La firme compte atteindre 20 % en 2023. En protection des plantes, la part de marché de Syngenta est de 21 %. La firme espère atteindre rapidement 23 % avec 10 % en biocontrôle.

Un portefeuille enrichi d’une quarantaine de produits

« Le portefeuille actuel de Nufarm sera enrichi avec des produits de marque reconnus et molécules importants, tels que le prochloraze, le trinexapac et plusieurs mélanges à base de tébuconazole », précise Lionel Orcel, directeur de Nufarm France. © S.Bot/Pixel image

Nufarm a racheté des produits à Adama, FMC et Syngenta. Ainsi la société australienne complète sa gamme avec une quarantaine de produits pour la France. Il s’agit de produits à base de sulfonylurées anti-dicotylédones, de florasulam, de prochloraze, de trinexapac et de tébuconazole.

 

 

« Syngenta veut augmenter ses parts de marché »

Acquisition de Syngenta par ChemChina : « Syngenta veut augmenter  ses parts de marché »

Passé aux mains de ChemChina en mai 2017, le groupe suisse Syngenta a annoncé les nouvelles ambitions et priorités qu’il s’est fixées à la suite de la conclusion de la transaction. La société entend augmenter de manière rentable ses parts de marché en prenant appui sur sa propre croissance organique, et en fa

Le jeu des chaises musicales

« Les acteurs se rachètent ou se rapprochent pour renforcer leur puissance d’innovation, dans un contexte technologique, réglementaire et sociétal de plus en plus exigeant », explique Nicolas Bouzou, économiste et directeur du cabinet de conseil Asterès. © Gajus/Fotolia

L’année 2017 aura été marquée par les annonces de rachats des plus importantes firmes phyto : rachat de Syngenta par ChemChina, fusion de Dow et DuPont, et acquisition par Bayer de Monsanto. Mais la Commission européenne veille à maintenir la concurrence sur le terrain.

25 % de parts de marché d’ici 5 à 10 ans

L’équipe Syngenta a présenté à la presse ce 9 novembre ses innovations. P.Bandiera, AS. Laurent, D.Bruxelle, Muriel Maes et FX. Bauer. ©S.Bot/Pixel Image

Syngenta compte sur ses nouveautés comme Elatus en céréales et Calaris en maïs pour développer sa part de marché en protection des plantes. En biocontrôle, la firme mise sur des partenariats de distribution comme pour Redeli, Bastid et Blason.

L'après néonicotinoïdes selon Syngenta et Arysta

L'interdiction française de sept néonicotinoïdes dans des mélanges ou des semences traitées entrera en vigueur au 1er septembre 2018. ©M. Lecourtier/Pixel Image

Les néonicotinoïdes seront interdits en France à partir de 2018. En maïs, il reste une campagne pour se préparer et trouver des solutions alternatives. Syngenta et Arysta nous livrent leur vision de la protection insecticide maïs pour ces prochaines années.

Un nouveau site de recherche pour Syngenta

Le nouveau site, basé à Chartres, se destinera à la recherche de nouvelles variétés hybrides de colza et céréales. © A.Lambert/ Pixel Image

Avec son nouveau centre de recherche, de développement et de production de semences hybrides, Syngenta se dote d’un outil très compétitif sur les secteurs des semences.

Vers une augmentation du prix des semences ?

L’interdiction des néonicotinoïdes entraînera une augmentation  de l’apport d’intrants à la parcelle. Photo : L.Theeten / Pixel image

L’interdiction des néonicotinoïdes aura des répercussions techniques et financières pour les agriculteurs. Outre l’impact sur le prix des semences, l’interdiction leur enlève un outil très utilisé.

Syngenta dévoile sa stratégie biocontrôle

Parcelle d'essai Syngenta à Nimes. Photo : L.Rubio/Pixel Image

Avec le Bastid/Blason, Syngenta vise 400000 hectares de vignes déployés d’ici à deux ans en France. Cette offre amorce une orientation nouvelle pour le groupe, qui prévoit d’apporter d’autres innovations de biocontrôle dans les cinq années à venir.