RSE

Garanties d’engagement ou pansement des marques ?

Les entreprises répondent également par la labellisation aux pressions des donneurs d’ordre et des distributeurs conditionnant de plus en plus leurs achats à l’obtention de labels. Photo : JPchret/Adobe Stock

La crise résultant de la pandémie de la Covid-19 a joué un rôle d’accélérateur des attentes sociétales adressées aux entreprises. Avec les rapports RSE, les labels comptent parmi les principaux outils de faire valoir des pratiques environnementales, sociales et sociétales des entreprises. À ce titre les secteurs agricole et agroalimentaire se sont illustrés par leurs nombreuses initiatives, en particulier depuis 2010, année de publication des lignes directrices internationales de la RSE (norme ISO 26 000).

« Ne pas tomber dans le RSE-washing »

Éric Latgé, directeur de Purpan. Photo : Purpan

Soucieuse de déployer sa démarche RSE, l’École d’ingénieurs de Purpan (Toulouse) souhaite inventer un nouveau modèle pour l’école, au profit de l’ensemble de son personnel, des étudiants, de toutes les parties prenantes et du milieu agricole en général. 

Plus de 20 indicateurs suivis d’ici 2025

La stratégie RSE de LDC se duplique actuellement en stratégies RSM (responsabilité sociétale des marques), explique Dylan Chevalier, responsable RSE du groupe. Photo : LDC

Avoir 100 % de ses producteurs inscrits dans un mode d’élevage durable (bio, label rouge, Nature d’éleveurs…) d’ici 2025. Voici l’un des indicateurs parmi les vingt que s’est fixés LDC à travers sa politique RSE établie en 2019. Pour le groupe agroalimentaire sarthois, concilier performances sociétale, environnementale et économique est une réalité affichée.

La DPEF, point d’entrée pour le pilotage RSE du groupe

Natacha Alaux, directrice des ressources humaines du groupe RAGT. Photo  : RAGT

RAGT publie désormais chaque année sa déclaration de performance extra-financière (DPEF) présentant sa contribution pour le développement du monde agricole durable. Ce document constitue un outil de communication interne et externe RSE du groupe et le point d’entrée pour le pilotage RSE de l’entreprise

Défendre l’éthique

Lionnel Faber, directeur commercial et marketing, Matthieu Grebot, directeur communication et RSE, et Quentin Protsenko, responsable réglementation et normes chez Frayssinet. Photo : Frayssinet

Avec sa démarche RSE nommée Viae Ethicae, « les voies de l’éthique », l’entreprise Frayssinet s’évertue à défendre l’éthique dans le domaine de la production et de la mise en marché de fertilisants organiques. Un travail de longue haleine, où la mobilisation de l’ensemble de la filière est primordiale pour une plus grande conformité des productions.

« La RSE, outil de performance pour la coopérative et les adhérents »

Isabelle Williatte, responsable qualité et développement durable à la Scara. Photo : Le Bonheur des gens

Dans la continuité de ses actions déployées en faveur d’une agriculture responsable, la Scara s’est engagée dans une stratégie de RSE, fondée sur les référentiels Global Compact et ISO 26000. Pour la coopérative, la démarche RSE se révèle être un outil de performance et un levier d’amélioration continue pour une agriculture respectueuse de l’environnement et économiquement viable.

Edouard Lorenzo, nouveau directeur commercial

Alors que Péris vient d’être labélisée, le nouveau directeur commercial, Edouard Lorenzo, entend participer activement à cette démarche. Photo : Péris

Depuis le 1er janvier dernier, Edouard Lorenzo est à la tête de l’équipe commerciale de Péris. Fort d’une expérience de douze ans chez Syngenta, il nous explique ses ambitions dans ses nouvelles fonctions.

Des parcours très orientés qualité

Un travail de recherche mené auprès de trente entreprises par le cabinet Dycia a permis d’identifier le profil type de la personne en charge de la RSE dans le secteur agro. Photo : pict rider/Adobe Stock

Dans la majorité des cas, le responsable RSE des acteurs de l’amont agricole a d’autres fonctions dans l’entreprise, tout en ayant un profil qualité. Une analyse récente de ces postes dans le secteur agro relève qu’ils sont plutôt occupés par des femmes.

Des actions RSE réalisées au quotidien

« Cela fait partie de la culture de l’entreprise de travailler dans le bon sens. Mais nous avons encore des progrès à faire, » reconnaît Pauline Morin.

Chez Vaesken, la RSE fait partie du quotidien même si le négoce ne communique pas forcément sur ce sujet. Mais à ce jour, il n’est pas prévu d’aller jusqu’à la labellisation.

Approfondir la RSE dans un groupe de travail

« La RSE peut être un cadre pour initier une politique RH : travailler avec les écoles et les lycées situés à proximité, développer une démarche de confiance avec les parties prenantes, explique Lucile Brazzini. La RSE est un sujet qui intéresse les jeunes et qui permet d’attirer les talents dans l’entreprise. »

Depuis février 2019, la FNA anime un groupe de travail sur la RSE. L’objectif est d’approfondir ce sujet avec les négociants. La FNA met notamment à disposition de ses adhérents des outils, travaillés et validés préalablement avec le groupe de travail. La FNA souhaite élargir ce groupe de travail à d’autres négociants.

La RSE a un rôle à jouer dans l’attractivité de la filière

« L’image des IAA n’est pas assez attirante, évoque Benjamin Perdreau. La RSE  a un rôle à jouer pour être vecteur  de communication positive afin d’attirer  des talents dans ce secteur. » Photo : DR

La RSE est un vecteur de communication positive car elle permet d’attirer des talents dans les entreprises. Cependant, les démarches RSE déployées dans les entreprises ne sont pas suffisamment rémunérées, ce qui peut freiner certaines à s’y lancer.

L’importance du dialogue avec les parties prenantes

Les parties prenantes seront à prioriser en fonction de leur capacité à soutenir les performances de l’entreprise et à rassurer  sur les risques qu’elles peuvent faire peser sur les décisions prises et à prendre.

Exposer ses engagements en matière d’environnement, de social ou de gouvernance et valoriser les actions associées sont devenus monnaie courante. Metteurs en marché, investisseurs, organismes de financement, candidats à l’emploi, collectivités, société civile, consommateurs… tous, à des degrés divers, sont en attente d’informations et manifestent des exigences quant aux démarches RSE des entreprises.

« Nous espérons que notre distinction RSE inspire nos partenaires. »

Engagée sur le long terme dans sa démarche RSE, l’entreprise Péris vise l’obtention du niveau exemplarité lors des prochaines évaluations. CP : Péris

À la veille du centenaire de l’entreprise Péris, cette dernière est désormais le premier négoce agricole français engagé RSE et labellisé par Afnor Certification au niveau confirmé. Pierre-Alexis Tijou, responsable RSE, revient sur cette démarche lancée il y a trois ans.

Le groupe choisit d’indexer son financement à des critères RSE

Eureden s'engage dans le développement durable. CP : Eureden

Le groupe agroalimentaire coopératif Eureden a choisi d’indexer son financement à trois objectifs sociaux et environnementaux. Il s’agit de la santé et de la sécurité des collaborateurs, du développement de solutions alternatives aux produits phytosanitaires et des énergies renouvelables. Suite à la crise sanitaire, le groupe – issu de l’union d'aucy et Triskalia – s’est vue renforcé dans sa mission de bien nourrir et annonce que les transitions déjà engagées vont s’accélérer. 

 

De nouvelles ambitions pour la marque

L’association Agri Confiance souhaite intégrer les nouveaux enjeux sociétaux et renforcer les exigences de la marque.

Les grands axes stratégiques 2018 de la marque Agri Confiance ont été dévoilés au Salon de l’agriculture. L’ambition d’Agri Confiance est de devenir la marque référente de la 3e voie de l’agriculture, entre une agriculture conventionnelle classique et les filières bio.

"La RSE, une démarche accessible aux PME"

À l'occasion d'un déjeuner thématique lors de l'Open agrifood Orléans, Xavier Thirouin a présenté l'application de la démarche RSE pour la coopérative de Boisseaux. Photo : S. Seysen - Pixel Image

À l’occasion de l’Open agrifood, Xavier Thirouin, directeur de la coopérative de Boisseaux (45), a présenté lors d’un déjeuner thématique la stratégie RSE de la coopérative.