phosphore

« De vraies tensions sur le phosphore »

Pour faire face aux demandes, Timac Agro travaille la diversité de ses sourcing, avec du phosphore venant notamment d’Afrique du Nord, d’Amérique Latine, du Moyen Orient. Photo Timac Agro

Avec des disponibilités de matières premières incertaines sur les engrais, déjà observées en amont du conflit ukrainien, Timac Agro rappelle pour autant l’importance de la fertilisation phosphatique pour l’obtention de bons rendements, en reconnaissant ne répondre aux commandes qu’en présence de stocks.

Les agriculteurs ont potassé sur le phosphore

Les dirigeants et les TC des établissements Pierre Bernard ont convié leurs clients à une réunion sur le phosphore. Ana Claudia Tamba et Gérard de Beaudrap, de Timac Agro, sont intervenus. CP : S.Bot/Média et Agriculture.

Pour sa réunion d’hiver, les établissements Pierre Bernard ont convié leurs clients sur le thème du phosphore. Les experts de Timac Agro sont intervenus après des agriculteurs afin d'en rappeler les intérêts. Les résultats mis en place par le négoce ont également été présentés.

Le prix avant l’innovation

Pour la campagne d’automne 2016, Gilles Poidevin, délégué général de l’Unifa, estime que le prix de l’azote devrait continuer de baisser, mais ceux du phosphore et du potassium devraient rester au même niveau. Unifa

Conséquence de la crise agricole, les agriculteurs limitent leurs apports de phosphore, potassium et engrais composés. Les innovations souffrent elles aussi, se limitant aux cultures spécialisées.

Surveiller les réserves du sol

L’évolution des apports minéraux de fond ont diminué d’environ 70% depuis les années 1980, mais la tendance serait à la stagnation.

Les engrais de fond sont (trop ?) souvent appréhendés par les agriculteurs comme un intrant secondaire. Depuis trente ans, les apports de phosphore et potassium décroissent.