OCDE

Les plus gros utilisateurs sont les plus concernés

« Les produits les plus chers et qui sont utilisés à faible dose (principalement insecticides) ont tendance à être plus contrefaits que les produits à doses d’utilisation plus élevées ou les produits à faible coût par litre », indique Hans-Joachim Henn, directeur de la lutte contre la contrefaçon au niveau mondial chez Bayer. © Bayer CropScience

Comme les produits de consommation usuels, les produits phytosanitaires sont concernés par la contrefaçon. Au-delà des pertes que cela peut engendrer pour les acteurs du marché, c’est surtout le risque pour les utilisateurs et pour l’environnement dont il est essentiel de tenir compte.