GNIS

La CRIV remplace la CVO RC

À compter du 1er juillet 2019, la cotisation à la collecte passera de 0,70 €/t de céréales livrée à 0,90 €/t. Photo : S.Bot/ATC

Un nouvel accord pour le financement de la recherche des céréales à paille, signé le 7 mars dernier par l’ensemble des acteurs de la section interprofessionnelle des céréales à paille du Gnis, a été publié au Journal officiel le 21 mai.

4 étapes pour créer une nouvelle variété de graminée fourragère

La station de recherche de Semences de France située dans le Nord nous a ouvert ses portes. Retour en image sur les 4 étapes pour créer une nouvelle variété de graminée fourragère. CP : DR

Les sélectionneurs mettent une douzaine d’années pour créer une nouvelle variété de graminée fourragère. La sélection compte différentes étapes : la pépinière, le clone, le polycross et les essais en parcelle. La station de recherche de Semences de France située dans le Nord nous a ouvert ses portes.

 

Satisfaire la demande de semences bio à 95% d’ici 2025

Le Gnis s’est fixé comme objectif de satisfaire la demande de semences bio à 95% d’ici 2025. Photo : Fotolia

Lors d’un point presse tenu hier, mercredi 30 mai 2018, Pierre Pagès, président de la commission agriculture biologique et vice-président du Gnis, a évoqué les actions de la filière des semences en faveur de l’agriculture biologique.

L’érosion des ventes devrait se poursuivre

Semences certifiées de céréales à paille : l’érosion des ventes devrait se poursuivre. © Thannaree/fotolia

Les ventes de semences certifiées de céréales à paille ont poursuivi leur tendance baissière à l’automne 2017. Et le contexte céréalier difficile ne laisse pas présager une reprise d’activité pour la campagne à venir.

 

La France toujours le leader mondial

La filière semences et plants a généré 3,3 milliards d'euros en France pour la campagne 2016/2017. ©Piyaset/Fotolia

La filière semences et plants réalise un chiffre d’affaires total de 3,3 milliards d’euros pour la campagne 2016/2017 selon le Gnis. Le solde de la balance commerciale est de 960 millions d’euros. La France se place ainsi en tête des pays exportateurs. L’Hexagone se classe aussi troisième mondial pour son marché national.

Des alternatives aux néonicotinoïdes ?

Les néonicotinoïdes disparaissant du marché, l'orge d'hiver sera pénalisé. © N. Chemineau/Pixel image

Arvalis passe en revue les leviers actuels et futurs pour remplacer ces insecticides qui deviendront interdits en septembre 2018 suite aux votes des parlementaires français en mars 2016.

Progression du tri à la ferme

Les semences de ferme, ici enrobées, ont progressé en 2016 pour des raisons vraisemblablement  économiques. © L. Theeten / Pixel Image

Les résultats du sondage réalisé par BVA et commandé par le Gnis reflètent bien les difficultés de l’année. Les semences fermières ont progressé sans que cela profite aux trieurs à façon

 

Des volumes certifiés en chute libre

Les semenciers ont eu 30 % de temps de triage supplémentaire. © B. Lecocq/Pixel image

Récolte 2016 catastrophique oblige, les chiffres de surface de multiplication d’espèces hivernales et de volume de semences certifiées sont à la baisse au niveau national.

 

Un avant et un après 2016

« La filière semences, comme les agriculteurs, risque fortement d’avoir du mal à se relever de cette année charnière », évoque Thierry Momont, président de la Section céréales à paille et protéagineux du Gnis. Photo : S.Bot/Pixel image

Pour Thierry Momont, président de la Section céréales à paille et protéagineux du Gnis, il y a un avant 2016 et il y aura un après 2016. La filière semences, tout comme les agriculteurs, risque fortement d’avoir du mal à se relever de cette année charnière.

Bientôt des vêtements, des isolants et des glaces au maïs ?

Les lauréats du prix imagin’maïs ont reçu une dotation de 2500 euros. Photo : A.Cotens/Pixel image

Le 14 février avait lieu la remise de prix du concours imagin’maïs. Organisé par les professionnels de la « filière maïs », ce concours propose à des étudiants d’écoles d’ingénieurs ou de centres universitaires de recherche de réfléchir aux possibles futures utilisations du maïs.

Un excédent de 901 M€

Les entreprises de la filière semences et plants exportent pour 1,6 milliard d’euros vers 150 pays. Photo : M.Lecourtier/Pixel image

Après une pause en 2014-2015, le commerce extérieur semences et plants 2015-2016 repart à la hausse. Le solde bénéficiaire est de 901 millions d’euros, soit 43% du solde commercial des produits de l’agriculture, de la forêt et de la pêche.

Réenchanter et démystifier l’innovation

Semences AB, une opportunité pour la filière. De g à d, Christiane Lambert, Rémi Haquin, Jérôme Fillon et Nicolas Bouzou. Photo : Gnis

À l’initiative du Gnis, se sont réunis le 7 avril dernier 150 acteurs de la filière semence céréales à paille et protéagineux sous la présidence Thierry Momont. Parmi les thématiques abordées, l’innovation et l’agriculture biologique.

La France championne des semences

Le budget total de la recherche sur les semences est de l’ordre de 300 millions d’euros chaque année. Photo : M. Lecourtier / Pixel image

En 2014, la filière semences française a conforté sa place de premier producteur européen de semences avec 361850 hectares dédiés hors potagères. Une surface qui représente 17% de la surface européenne loin devant l’Allemagne, deuxième, qui compte 181110 hectares.

L’excellence semencière récompensée

Jérôme Lheureux, président de la section lin et chanvre ; Agrial, union Seliance ; Thierry Goujon, directeur de Terre de lin ; Brygo ; Terre de lin. Photo : Gnis

Culture confidentielle à l’échelle nationale, la culture du lin fibre fait partie intégrante de la culture normande, et pour cause : 50% des surfaces cultivées en France le sont en Normandie (Calvados, Eure, Seine-Maritime).

2050 face à l’enjeu de la propriété intellectuelle

Pierre Pagesse, président du Gnis, est intervenu avec d'autres experts lors de la conférence internationale qui positionnait la semence comme une réponse aux défis alimentaires. Photos : I. Aubert et A. Lavoisier / Pixel Image

Du 1er au 15 octobre, le Gnis organisait une exposition « La semence, la solution » au pavillon France à l’Exposition universelle de Milan. Le dernier jour, elle organisait une conférence internationale qui positionnait la semence comme une réponse aux défis alimentaires.