FNA

Approfondir la RSE dans un groupe de travail

« La RSE peut être un cadre pour initier une politique RH : travailler avec les écoles et les lycées situés à proximité, développer une démarche de confiance avec les parties prenantes, explique Lucile Brazzini. La RSE est un sujet qui intéresse les jeunes et qui permet d’attirer les talents dans l’entreprise. »

Depuis février 2019, la FNA anime un groupe de travail sur la RSE. L’objectif est d’approfondir ce sujet avec les négociants. La FNA met notamment à disposition de ses adhérents des outils, travaillés et validés préalablement avec le groupe de travail. La FNA souhaite élargir ce groupe de travail à d’autres négociants.

Affiner le diagnostic et le plan d’actions liés aux CEPP

« Des échanges ont lieu actuellement sur la méthodologie liée aux CEPP avec les organisations, le ministère de l’Agriculture et les organismes certificateurs », évoque François Gibon, délégué général de la FNA. Photo : FNA

Les négociants, accompagnés par la FNA, sont à pied d’œuvre sur la séparation de la vente et du conseil phyto. Tous finalisent actuellement leur étude d'indépendance, à remettre pour le 28 février au plus tard à leur organisme certificateur.

CEPP : une obligation de moyens

Les demandes de La Coopération Agricole et de la FNA pour un assouplissement du lien entre les CEPP et l’agrément phyto ont été entendues. CP : DR

Les demandes de La Coopération Agricole et de la FNA pour un assouplissement du lien entre les CEPP et l’agrément phyto auront été entendues. Ainsi, comme le précise l’arrêté du 16 octobre 2020 relatif au référentiel de certification pour la distribution des produits phyto, les coopératives et les négoces ont une obligation de moyens, et non de résultats. Autre changement dans les textes publiés cette semaine sur la séparation de la vente et du conseil phyto : l’organisme certificateur pourra réaliser l’audit jusqu’au 30 novembre 2021. Un allongement de cinq mois a été obtenu par rapport au projet de texte soumis à consultation.

Assouplir le lien entre CEPP et agrément

Le Cepral va travailler avec les fédérations, comme La Coopération Agricole et la FNA, afin d’établir une trame type de l’étude et ainsi aider les coopératives et les négoces. CP : wutzkoh/Adobe Stock

Contre toute attente, il n’y aura pas de délai supplémentaire dans l’application de la séparation de la vente et du conseil des phyto : le dispositif s’appliquera bien au 1er janvier 2021.

2020, année HVE pour les grandes cultures ?

La mention HVE n’est réservée qu’au niveau 3 de la certification environnementale des exploitations. Photo : PicsArt/Adobe Stock/HVE

Si les grandes cultures restent encore minoritaires au sein des exploitations certifiées HVE (seulement 262 sur les 5 400 au 1er janvier 2020), l’année 2020 pourrait être un tournant. Entre mobilisation des agriculteurs et demande de l’aval, la certification environnementale a plus que jamais le vent en poupe.

Un groupe Insectes pour échanger

« Les opérateurs ont beaucoup d’interrogations. Ils ont besoin d’échanger sur les techniques et de bénéficier de conseils », indique Lucile Brazzini, responsable commerce des grains à la FNA. Photo : FNA

Dans un contexte défavorable aux solutions chimiques et suite à la demande des adhérents, la FNA a mis en place un groupe de travail Insectes en début d’année 2019. À ce jour, il regroupe quinze structures. Citons notamment Agri-Négoce, Armbruster, Groupe Carré, Groupe Soufflet, Jeusselin et Ternoveo.

Didier Nedelec, nouveau délégué général

Didier Nedelec devient délégué général de la FNA à compter de ce 26 juin. Photo : DR

Didier Nedelec devient délégué général de la FNA à compter de ce 26 juin.

« Ce poste comporte beaucoup d’enjeux, évoque Didier Nedelec. Les négoces sont, dans certaines régions, les dernières activités économiques présentes dans le milieu rural. »

Projet d’ordonnance : des retours à faire avant le 26 octobre

Les parties prenantes ont jusqu’au 26 octobre prochain pour faire remonter leurs remarques sur le projet d’ordonnance. Une réunion devrait conclure le sujet vers le 10 novembre. Photo : REDPIXEL

Le projet d’ordonnance relatif à la séparation de la vente et du conseil phyto a été présenté le 28 septembre dernier au groupe de travail sur ce sujet. Les parties prenantes ont jusqu’au 26 octobre prochain pour faire remonter leurs remarques. Une réunion devrait conclure le sujet vers le 10 novembre.

La profession face aux attentes sociétales

 « Avec la séparation vente/conseil, il y a les risques d’entraîner une dégradation du recours au conseil, et d’assister à une montée en puissance du e-commerce et des solutions low-cost, sans reprise des produits inutilisés lors des campagnes, et donc une hausse des doses », insiste Damien Mathon, délégué général de la FNA. CP : FC2A

Remises, rabais, ristournes : connaître les règles pour le 1er janvier 2019

« Les contrats entre agriculteurs et OS seront alourdis avec des indicateurs obligatoires dans les annexes », indique Damien Mathon, délégué général de la FNA. Photo : FC2A

Ce 25 septembre, le Sénat a rejeté le projet de loi Alimentation, ce qui signifie que l’Assemblée nationale ne pourra plus amender le texte. Damien Mathon, délégué général de la FNA revient sur les trois articles qui concernent directement les négoces : les articles 1, 14 et 15.

« Une fausse bonne idée »

« Les négociants ne craignent pas d’avoir un conseil indépendant qui challenge leurs recommandations », souligne Damien Mathon. CP : FNA

Damien Mathon, délégué général de la FNA donne l’avis de la FNA sur la séparation de l’activité de conseil et l’activité de vente des produits phyto (article 15 de la loi "Alimentation"), ainsi que sur l’interdiction des remises, rabais et ristournes sur les produits phyto (article 14).

 

« À la fois proches et loin de tout »

Commercialisation des céréales en Centre - Val de Loire : « À la fois proches et loin de tout ». © Karyn/fotolia

Le grenier de la France est certes une des régions les plus productives mais pas forcément la mieux placée pour la commercialisation.

Les inquiétudes du négoce

Damien Mathon, délégué général de FNA commente les sujets inhérents au projet de loi issu des EGA. © FC2A

Le 14 février 2018, les négociants échangeaient au cours de leur assemblée générale sur les sujets d’actualité.

Objectifs confirmés pour Écophyto

«Le contrat de solutions est un engagement intellectuel des parties», précise Damien Mathon, délégué général de la FNA, à gauche. À droite, Vincent Magdelaine, directeur de Coop de France Métiers du grain. ©FNA/DR

Les objectifs du plan Écophyto, et notamment les CEPP, ont été validés dans l’atelier n° 11 des États généraux de l’alimentation. Quant à la séparation de la vente et du conseil, sujet brûlant du moment pour les coopératives et les négoces, elle n’a pas été évoquée lors des réunions organisées dans cet atelier.

Quand la distribution s'engage

Marie Vallon, directrice juridique, fiscal et social chez FNA (Fédération du négoce agricole) et Olivier Cauuet, responsable du financement de l'agriculture au Crédit Agricole Nord de France. ©FNA/DR

Les conséquences de la récolte 2016 se font encore sentir sur les trésoreries des agriculteurs. En cette période compliquée, les coopératives et les négoces les accompagnent avec notamment des modalités de paiements, des emprunts à court terme tripartites et des redistributions exceptionnelles.

« Développer les relations institutionnelles »

« Les CEPP seront très certainement abordés dans le 2e chantier des États généraux de l’alimentation », évoque Damien Mathon, délégué général de la FC2A et de la FNA. © FC2A.

Âgé de 39 ans, Damien Mathon occupe, depuis mai dernier, le poste de délégué général de la FC2A et de la FNA, en remplacement de Sébastien Picardat.