fluvial

Le Rhin manque d’eau un été sur trois

Les débits d’étiage auront tendance à s’aggraver à courte et moyenne échéances pour la totalité des cours d’eau du Grand Est, indique une étude de la région de 2020. Photo : Björn Wylezich/stock adobe

Face à des précipitations en baisse en été, les niveaux d’eau sont parfois trop bas pour le transport de marchandises sur le Rhin, entraînant des ruptures de flux une année sur trois. Le phénomène devrait s’accroître, et les solutions semblent peu nombreuses. L’interconnexion multimodale apparaît comme la seule voie proposée au niveau politique.

Un trafic en hausse de 7,1% pour les céréales

Le trafic fluvial pourrait être multiplié par quatre sans risque d’engorgement. Photo : VNF P.Cheuva

Le fluvial a le vent en poupe pour les céréales, mais il doit continuer à réfléchir à l’avenir de son réseau pour rester compétitif face aux transports routiers notamment.

Le transport fluvial au service de la qualité et de l’environnement

Quelques heures suffisent à un opérateur pour remplir une barge : un réel gain de temps ! Photo : Arques Céréales

Optimiser le flux et gagner en qualité, voici les principales raisons qui ont motivé les frères Duriez lors de la construction d’un silo de 25000 tonnes dans le port d’Arques. Mais c’est aussi un investissement d’avenir pour donner une image positive de la filière.

Les navettes partagées tirent le flux

Le groupe Sénalia vise une réduction du transport routier pour ses modes d’approche de livraison. L’organisation de navettes partagées entre plusieurs OS lui permet d’augmenter la part du ferroviaire et du fluvial, mais aussi de tirer les flux vers ses infrastructures portuaires.

Le protocole de financement adopté par la région

Le projet de financement du canal Seine-Nord Europe s’élève à 4,5 milliards d’euros. Photo : Thoma-slerchphoto-Fotolia

Le 8 juillet, la région Hauts-de-France approuve le projet de protocole de financement et de gouvernance pour la réalisation du canal Seine-Nord Europe. Ce canal, long de 105 km, est situé sur un corridor à fort trafic de marchandises. Par sa position géographique, il sera parallèle à un autre axe fluvial à grand gabarit : le Rhin.

Le fluvial, une alternative parfois stratégique

Le terminal fluvial de Montereau-Fault-Yonne représente un investissement de 4,5  millions d’euros cofinancé par les deux coopératives Axéréal et Cavap, aujourd’hui  fusionnées. © S. seysen/pixel image

Les régions situées au Centre et à l’Est du territoire ont un défi majeur pour être compétitives à l’export : organiser au mieux le transfert des grains vers les ports. Quand il est possible, l’accès au fluvial permet de bénéficier d’un mode de transport complémentaire et avantageux.

Un terminal fluvial innovant

Inauguration du terminal fluvial Axéréal Cavap. Photo : S. Seysen/Pixel Image

La Cavap et Axéréal ont inauguré le nouveau terminal fluvial de Montereau-Fault-Yonne. Une installation présentée par le directeur d’Axéréal Philippe de Raynal comme « une machine de guerre à l’export ».