Europe

Un chiffre d’affaires cumulé de 238,4 milliards d’euros en 2020

Olivier Frey, consultant spécialisé des coopératives, a mis à jour en mai dernier son étude sur les 100 premières coopératives agricoles européennes. Ce top 100 a été construit sur le chiffre d’affaires réalisé sur l’exercice 2020 pour les coopératives clôturant fin décembre et l’exercice 2019-2020 pour celles clôturant fin juin. Zoom sur les principaux chiffres à retenir.

« Veiller à ce que le pragmatisme l’emporte sur le dogmatisme »

Bernard Ader : « En anticipant, on peut mieux accompagner chacun de nos agriculteurs pour faire de cette PAC un atout pour la pérennité et le développement de son exploitation. » Photo : Euralis

Vice-président d’Euralis, Bernard Ader est aussi président de la commission Europe de La Coopération agricole et vice-président de la Cogeca. Il revient sur la manière dont ces instances ont su peser, en France et en Europe, dans les négociations de la nouvelle PAC. Il nous propose également son regard sur cette PAC et sur la façon dont Euralis entend accompagner ses adhérents pour se l’approprier.

Les coopératives françaises représentent 25% du CA global

Bien qu’elles ne soient pas les plus représentées dans le top 100 mondial, les entreprises coopératives françaises sont celles qui pèsent le plus lourd en matière de chiffre d’affaires. Photo : Coop FR

Coop FR publie une étude comparative des top 100 français, européen et mondial qui positionne la France en tant que super-puissance coopérative et 1er pays coopératif en Europe. Cette étude (chiffres 2019) a été élaborée par Olivier Frey, économiste spécialiste des coopératives, pour Coop FR. Elle a pour objectif de positionner le mouvement coopératif français au niveau mondial et européen.

L’UE moins naïve face à la mondialisation

L’Union européenne déploie une vraie politique de soutien des activités économiques en son sein. Photo : S.Bot/Média&Agriculture

La foire de Châlons-en-Champagne signe la rentrée agricole de la région Grand-Est. La 73e édition était l’occasion pour Vivescia d’organiser sa première conférence lors de cet événement : l’agriculture française et européenne en révolution.