Euralis

44 M€ pour financer la recherche de nouvelles variétés avec Lidea

L'opération entre Euralis et BEI concerne le financement pour Lidea d’activités de recherche et développement liées à la création, à la production et à la commercialisation de nouvelles variétés de semences non OGM. Photo : kwanchaift/Adobe Stock

Le groupe Euralis et la Banque européenne d’investissement (BEI) annoncent la signature d’un accord de financement d’un montant de 44 M€. Cette opération concerne le financement pour Lidea d’activités de recherche, développement et innovation liées à la création, à l'enregistrement, à la production et à la commercialisation de nouvelles variétés de semences non OGM, en vue de leur utilisation dans l’agriculture.

La formation indispensable pour accompagner le changement de posture

Dès février 2020, Euralis a mis en place une équipe projet qui a permis de structurer des offres conseils en les testant auprès de 600 agriculteurs. Photo : O.Lévêque/Pixel6TM

Euralis a été l’une des premières, et l’une des rares coopératives, à faire le choix du conseil dans le cadre de la loi EGalim. Pour accompagner la transition des technico-commerciaux vers leur nouveau métier de conseiller d’exploitation, elle a misé sur la formation et le coaching. Elle a également doté ses équipes d’un outil digital permettant de sécuriser leurs préconisations et d’en mesurer la qualité.

26 % du chiffre d’affaires réalisés à l’international

Christophe Congues et Philippe Saux ont détaillé les activités des différents pôles d’Euralis sur l’exercice 2019-2020. Photo : DR

La crise sanitaire de la Covid-19 a perturbé les activités du groupe Euralis. Certains secteurs ont été durement touchés, alors que d’autres ont tiré leur épingle du jeu. Le groupe confirme ses choix stratégiques : la transformation, l’international et l’innovation, tout en maintenant la performance.

Des partenariats avec des start-up pour aller vers l’agriculture durable

Quelques mois après l’annonce du choix du conseil, les dirigeants d’Euralis confirment leur ambition : utiliser moins d’intrants et mieux. CP : Euralis

L’ambition d’Euralis est d’utiliser moins d’intrants et d'une meilleure façon. Le groupe coopératif prépare cette transition vers une agriculture durable par le biais notamment de partenariats avec des start-up. Par exemple, Euralis teste un OAD basé sur la météo de précision et développé par Weather Measures.

« Nous vivons une révolution agricole et culturelle »

Selon Christian Pèes, président d’Euralis, « nous devons accepter qu’il est désormais impossible de décider seul, de façon isolée ». Photo : Euralis

La coopérative Euralis a tranché : elle a décidé de choisir le conseil et de mettre de côté la vente de produits phytosanitaires. Selon son président Christian Pèes, ce choix s’est imposé car il répond à des attentes sociétales fortes. C’est d’ailleurs avec l’ensemble de la société que le groupe coopératif entend relever le défi.

Le pôle semences dynamise la coopérative

Les quatre pôles du groupe Euralis mobilisent plus de 5 000 collaborateurs et 12 000 adhérents.

Le chiffre d’affaires des activités stratégiques du groupe coopératif Euralis continue de croître avec une augmentation de 2,3% par rapport à 2018. Le chiffre d’affaires brut s’élève à 1,35 milliard d’euros.

Réorganisation industrielle et suppressions de postes

Le site de Dunkerque fait partie des structures industrielles qui vont fermer. ©Euralis

Face aux difficultés économiques, le groupe Euralis transforme en profondeur ses activités commerciales et son organisation industrielle. Le Pôle alimentaire a enregistré des pertes nettes cumulées de 63 millions d’euros ces 5 dernières années et supporte une dette de 186 millions d’euros.

L’activité semences progresse de 6 %

Les dirigeants d'Euralis : Christian Pees et Pierre Couderc. Ils ont dévoilé les derniers résultats, 1,42 milliard d'euros de chiffre d'affaires, lors d'une conférence de presse le 11 décembre.

Le chiffre d’affaires d’Euralis se monte à 1,42 milliard d’euros soit 2% de moins que l’exercice précédent. Malgré cette baisse d’activité, l’Ebitda augmente de 2% pour atteindre 48 millions d’euros. Le groupe a ainsi subi de fortes perturbations en canards et volailles, en vin et en maïs.

Des trichogrammes contre la 3e génération d'eudémis

En 2017, 1000 diffuseurs de trichogrammes Tricholine Vitis ont été installés sur 10 ha de cabernet franc. ©Pixel Image

En 2017, 1000 diffuseurs de trichogrammes Tricholine Vitis ont été installés sur 10 ha de cabernet franc sur la commune de Capian (33). Euralis est à l’origine de ces expérimentations. L’objectif est de réduire le recours aux produits phyto conventionnels.

Pas de baisse d’activité au port de Bayonne

Dans le port de bayonne le GIE Maisica stocke, sèche et gère le transport de maïs à l'export. © GIE Maisica

Le GIE Maisica installé sur le port de Bayonne et spécialisé dans le stockage, le séchage et le chargement de maïs et autres céréales n’a pas vu baisser son activité de transport portuaire suite à la conjoncture difficile de 2016. Contrairement à d’autres ports français, le transport portuaire est resté stable malgré une chu

Intégrer l’adhérent dans la création de valeurs

Comment intégrer l’agriculteur coopérateur dans la stratégie de sa coopérative ? Christian Pèes, président d'Euralis (à gauche), et Jean-Yves Foucault, président de Limagrain, ont apporté leurs avis sur cette question. Photo : S. d'Halloy

Comment intégrer l’agriculteur coopérateur dans la stratégie de sa coopérative ? Cette question a été posée lors de la 7e conférence européenne des coopératives agricoles à quelques dirigeants.

Euralis investit dans la filière soja

"Le soja est une culture qui apporte une rentabilité à peu près équivalente à celle du maïs et qui est adaptée à nos conditions pédoclimatiques", expose Cédric Poeydomenge, de la direction technique d’Euralis. Photo : Euralis

3,5 millions d’euros. C’est la somme investie par Sojalim, société créée par Euralis et le groupe Avril, pour construire une unité de trituration de soja. L’usine, dont le permis de construire est en cours de validation, est prévue pour être achevée à la fin du premier semestre 2017.

Euralis vigne se réengage dans le réseau Dephy

Dix propriétés viticoles girondines sont maintenant engagées dans le réseau Dephy d'Euralis. Photo : R. Poissonnet/Pixel image

S’engager dans le réseau Dephy, une démarche qui n’est pas courante chez les distributeurs, elle est plutôt (dé)laissée aux chambres d’agriculture. Pourtant, Euralis est engagé dans cette démarche depuis 2012 avec huit propriétés viticoles situées en Gironde dans l’Entre-deux-Mers.

Axso se positionne "leader" du marché Sud France

Pascal Ramondenc, directeur d’Axso, et Michel Montet, président d’Axso et directeur des productions végétales de Maïsadour, entourés de membres du Comex. Photo : A.Lavoisier/Pixel Image.

Axso, cinquième centrale d’achats d’engrais française, travaille 600000 tonnes d’engrais au service exclusif de quinze réseaux de distribution du sud de la France.

International et innovation: une stratégie payante

Pierre Pages, vice-président d'Euralis, s'est dit satisfait de la progression du chiffre d'affaires de différentes activités du groupe sur l'exercice 2014-2015. Photo : Euralis

Innovation, international et accompagnement des agriculteurs, trois axes stratégiques pour le groupe Euralis qui se satisfait de ses résultats 2014-2015. Les activités céréales, semences, agroalimentaire et jardinerie sont d’ailleurs en progression, malgré un contexte économique difficile.

40 ans de sélection en sorgho

Denis Villenave, directeur de Semences de Provence, et Julie Ferreyrolle, responsable développement, ont choisi de fêter l'anniversaire de la coopérative à l'occasion des Trophées du sorgho. Photo: L.Rubio/Pixel Image

50 ans d’existence, ça se fête, mais avant tout ça se raconte ! Première coopérative à s’être lancée dans la sélection de sorgho en France, Semences de Provence fête également ses 40 années d’expérience en la matière.

Un nouveau service de semis par hélicoptère

En Aquitaine, l’implantation d’un couvert après un maïs récolté en grain se montre souvent difficile, voire impossible dans le cas de récoltes tardives.