environnement

Le numérique pour formaliser les services environnementaux

La notion de services environnementaux est large. Ils peuvent être en lien avec le marché du carbone, avec des haies à implanter, ils peuvent concerner la lutte contre l’érosion des côtes maritimes, protéger les ressources en eau et la biodiversité...

Le partenariat entre Agdatahub, Orange business services et Suez a pour objectif de contribuer à structurer le marché des services environnementaux : fournir des outils pour valoriser les pratiques des agriculteurs. Les coopératives, les négoces et les chambres d’agriculture sont légitimes pour accompagner les agriculteurs dans ces démarches.

« La RSE, outil de performance pour la coopérative et les adhérents »

Isabelle Williatte, responsable qualité et développement durable à la Scara. Photo : Le Bonheur des gens

Dans la continuité de ses actions déployées en faveur d’une agriculture responsable, la Scara s’est engagée dans une stratégie de RSE, fondée sur les référentiels Global Compact et ISO 26000. Pour la coopérative, la démarche RSE se révèle être un outil de performance et un levier d’amélioration continue pour une agriculture respectueuse de l’environnement et économiquement viable.

Des actions RSE réalisées au quotidien

« Cela fait partie de la culture de l’entreprise de travailler dans le bon sens. Mais nous avons encore des progrès à faire, » reconnaît Pauline Morin.

Chez Vaesken, la RSE fait partie du quotidien même si le négoce ne communique pas forcément sur ce sujet. Mais à ce jour, il n’est pas prévu d’aller jusqu’à la labellisation.

Le lin extrudé fait valoir ses atouts

38 éleveurs laitiers franc-comtois utilisent des graines de lin extrudées, ce qui représente un cheptel de 2276 vaches laitières, et 28 cultivateurs, ce qui correspond à 280 ha cette année. ©Lin avec l’autre

Initiée par les établissements Chays – Moulins d’Avanne, l’association « Lin avec l’autre » fédère producteurs de lin et éleveurs utilisateurs. Elle table sur l’amélioration du bilan environnemental des élevages pour développer une filière lin régionale.

Les plus gros utilisateurs sont les plus concernés

« Les produits les plus chers et qui sont utilisés à faible dose (principalement insecticides) ont tendance à être plus contrefaits que les produits à doses d’utilisation plus élevées ou les produits à faible coût par litre », indique Hans-Joachim Henn, directeur de la lutte contre la contrefaçon au niveau mondial chez Bayer. © Bayer CropScience

Comme les produits de consommation usuels, les produits phytosanitaires sont concernés par la contrefaçon. Au-delà des pertes que cela peut engendrer pour les acteurs du marché, c’est surtout le risque pour les utilisateurs et pour l’environnement dont il est essentiel de tenir compte.

Faut-il rémunérer les pratiques favorables à l’environnement ?

« Mettre en place un service de paiement pour services environnementaux (PSE) rendus. » © Dusan Kostic/Fotolia

À quelques semaines du vote, Circuits Culture et les autres revues agricoles du groupe ATC ont choisi de vous faire part de quelques-unes des idées des candidats à l’élection présidentielle 2017 concernant l’agriculture. Nous les avons soumises à des responsables de la distribution, des techniciens et des agriculteurs.

Un 32e congrès sous le signe de l’écologie

Le 32e congrès du Naca avait pour thème agriculture et écologie, le 27 ami 2016, au Futuroscope. Photo : O.Lévêque/Pixel Image

Pour son 32e congrès annuel, tenu vendredi dernier à Poitiers, le Négoce agricole Centre-Atlantique (Naca) avait choisi la thématique « Agriculture et écologie, si loin et pourtant si proche… » Environ 400 personnes étaient présentes.

Les bonnes pratiques de fertilisation à l’honneur

Les résultats de l’étude réalisée par Agrosolutions sur les pratiques agricoles seront dévoilés lors du colloque de Ceres.

Le premier colloque de Ceres sur la fertilisation et l’impact environnemental se déroulera le 31 mai à l’Académie d’agriculture à Paris. Les bonnes pratiques de fertilisation seront au cœur de ce colloque : quelle mise en œuvre sur le terrain des bonnes pratiques de fertilisation ?