EMC2

De l’engrais stocké au cœur de la zone Terialis

Le stockage de Neuves-Maisons est dimensionné pour accueillir 3 900 tonnes de solution liquide et 7 500 tonnes d’engrais solide. Il permet d’ensacher 1 500 tonnes à l’abri et 1 500 tonnes en extérieur dans des big bags. CP : DR

Le nouveau site de stockage des engrais de l’union de coopératives Terialis, sorti de terre en bordure de l’eau, sur la Moselle canalisée, irriguera progressivement toute la zone de chalandise de la coopérative agricole Lorraine (Cal) et le sud de celle d’Emc2. Sa montée en puissance opérationnelle va s’effectuer en deux mois.

Réunir les adhérents au cours d’un tour de plaine virtuel

Le service agronomie d'EMC2 réuni pour répondre aux questions des adhérents lors de la diffusion du tour de plaine. CP : DR
Mi-avril, l’équipe agronomie d’EMC2 s’est réunie pour organiser un tour de plaine virtuel. Puisque les conditions sanitaires ne permettent pas les rencontres physiques, la coopérative vient à ses adhérents.

Nouveau port de Metz : 1,7 Mt de céréales transitent par voie d’eau

La coopérative Lorca a investi presque 10 millions d’euros dans la construction d’un silo nouvelle génération. CP : DR

Au nouveau port de Metz, Lorca, EMC2, le groupe Soufflet et InVivo possèdent des installations de part et d’autre de la Moselle. En 2018, plus de 1,7 million de tonnes de céréales et autres produits agricoles y ont transité par voie d’eau.

Une « nouvelle coop » en gestation

René Bartoli (deuxième à gauche), directeur général de la coopérative, a annoncé un chiffres d'affaires de 437 M d'euros, en hausse de 10 %, « l'un des meilleurs de la coopérative ». Photo : Alain Humbertclaude/Vie Agricole de la Meuse
La coopérative EMC2 réalise un exercice 2018-2019 plutôt correct, avec une hausse des principales activités et une collecte de céréales proche du million de tonnes pour le groupe.

Une nouvelle plateforme de distribution de 33 000 m² pour juillet 2020

Le bâtiment, baptisé « Atoutime », d’une capacité de 33 000 m2 sera livré en juillet 2020. CP : DR.

Avec un réseau de jardineries ayant augmenté de plus de 50 % en dix ans, passant de 74 à 160 magasins livrés, le groupe Advitam s’est associé aux coopératives partenaires EMC2, NatUp, Noriap et InVivo Retail pour créer une nouvelle plateforme de distribution.

Pompiers volontaires : faciliter l’engagement des salariés

Signature de trois nouvelles conventions entre EMC2, le SDIS 55 et trois salariés pour leur permettre de concilier leur travail et leur engagement de sapeur-pompier volontaire. CP : EMC2

EMC2 a récemment signé avec le service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de la Meuse, une convention permettant à trois de ses salariés de concilier leur activité professionnelle et leur engagement de sapeur-pompier volontaire.

Des changements se dessinent

Philippe Mangin, président d'EMC2, entouré de René Bartoli, directeur général, et Patrice Brisson (à d.), directeur adjoint, lors de l'AG du 6 décembre à Verdun. Photo : Alain Humbertclaude/Vie Agricole de la Meuse.

Un chiffre d’affaires en hausse de 2%

Vertdis a annoncé lors de sa convention annuelle la bonne performance de ses 137 magasins Gamm vert. ©Vertdis

À l’occasion de sa convention annuelle, le 17 janvier, Vertdis a annoncé un chiffre d'affaires 2017 de 210 M€, en croissance de 2%. «L’engouement pour le jardin d’intérieur, le mini potager et la décoration de jardin ont compensé la stabilité des végétaux d’extérieur», précise le communiqué de presse.

Un résultat net positif de 3,38 M€ pour 2016-2017

René Bartoli a annoncé la fusion des filiales machinisme C3M (57) et C4M (54, 88 et 70), et la reprise des établissements Simon en Moselle. Et un rapprochement a été engagé avec les établissements Parmentelot (88). ©Alain Humbertclaude

La coopérative EMC2 a connu une campagne 2016-2017 difficile, conséquence d’une moisson fortement amputée. Elle s’en sort néanmoins avec un résultat positif, présenté lors de la tournée des sections.

La rigueur après un bon résultat

Pascal Viné, délégué général de Coop de France, invité de l'assemblée générale d'EMC2 le 9 décembre, Philippe Mangin, président, et René Bartoli, directeur général d'EMC2. Photo. : Alain Humbert Claude/La Vie agricole de la Meuse

Les années se suivent et ne se ressemblent pas. Si le contexte agricole est particulièrement difficile cette année, l’exercice 2015-2016 s’est avéré fort satisfaisant pour la coopérative EMC2. Le directeur général, René Bartoli, évoque même « une très grande année ».

La filialisation profite à la qualité

La satisfaction des besoins de la coopérative reste une priorité. Photo : EMC2

EMC2 a filialisé son activité transport depuis 2009. Après sept ans, retour sur le bilan de cette nouvelle organisation.

Générer de nouvelles idées grâce aux Lego

Munie de Lego, Marie Terrier a incité les participants de l’atelier sécurité organisé au sein de la coopérative EMC2 à imaginer les pratiques à mettre en place pour prévenir les accidents. Photo : EMC2

En juin dernier, la coopérative EMC2 a fait appel à Marie Terrier, du cabinet Arwen, pour animer un atelier sur la sécurité. La formatrice est venue avec un matériel un peu particulier : des Lego.

Une bien triste moisson 2016

« Les rendements sont au niveau de ceux de 2003. Mais à l’époque les prix étaient meilleurs », souligne Jean-Charles Denis, responsable céréales de Lorca. Photo : N.Chemineau/Pixel Image

La moisson 2016 en Lorraine est à l’image de celle des principaux bassins céréaliers français : catastrophique. Quantité, qualité et prix ne sont pas au rendez-vous en orge d’hiver, blé et colza. Seule bonne surprise de l’été : les orges de printemps s’en sortent plutôt bien.

Le démarrage de la moisson vu par 4 coopératives

« On a un important travail d’allotement à faire. Ça va demander de la patience aux transporteurs car ça ralentit les débits au niveau des silos portuaires », estime Philippe Hance, responsable céréales à la CAL. Photo : N. Chemineau/Pixel Image

Retardée suite aux mauvaises conditions climatiques, la récolte des orges d’hiver a battu son plein le week-end dernier en Lorraine. Rendement et qualité apparaissent décevants.

Deux projets de GIEE portés par une coopérative

Les agriculteurs engagés dans les GIEE formaient déjà des collectifs investis dans des actions variées. Ici, le groupe Écophyto se réunissait à Bouvron (54) le 22 mai 2015 pour visiter une exploitation bio. Photo : EMC2

La coopérative EMC2 a déposé deux dossiers de GIEE sur son territoire, qui impliquent d’ores et déjà 29 agriculteurs du Grand Est. Le but : redéfinir les systèmes de production pour en accroître l’impact positif sur l’environnement.

La moisson vue par onze collecteurs

La récolte des orges est quasiment terminée. Certaines régions ont commencé les colzas et les blés.

Où en sont les récoltes d’orge, de colza, et de blé en France? Quels sont les rendements? La qualité est-elle au rendez-vous? La rédaction de Circuits Culture a interrogé onze collecteurs en cette fin de semaine.

Nord