drone

Les modalités de pulvérisation par drone connues

Les règles de la pulvérisation par drone ont été précisées dans un arrêté publié au JO le 8 octobre 2019. Photo : Florence Piot/Adobe Stock

La loi Agriculture et Alimentation a ouvert la voie à ce nouveau mode de pulvérisation dans le cadre d’un essai, pour les surfaces agricoles particulièrement abruptes. Il s’agit d’une expérimentation menée sur trois ans et dont les règles ont été précisées dans un arrêté publié au Journal officiel le 8 octobre 2019.

Le robot d’Ecorobotix en test

Tereos expérimente actuellement à Chevrières (60), Marquion (62) et Connantre (51) un robot de désherbage testé en collaboration avec la société Ecorobotix. Photo : DR

Dans le cadre du 3e Carrefour de l’innovation qui s’est déroulé ce 31 mai à Marquion (62), Tereos a présenté plusieurs innovations agronomiques.

Vigne : la pulvérisation par drone testée en Suisse

Le drone Fly &Film est équipé de 6 rotors. Il peut transporter 20 litres de bouillie. Son autonomie est de 20-25 minutes. Photo : Fly&Film

On connaissait l’utilité des drones pour mesurer la vigueur des vignes ou caractériser la qualité de la vendange. De nouvelles applications se développent, notamment celles associant les drones à la pulvérisation. 

Precidrone : un projet sur 4 ans et sur 4 cultures

Arterris et Delair-Tech travaillent depuis un an sur le projet Precidrone en collaboration avec 7 autres partenaires. Photo : DR

Le groupe Arterris et Delair-Tech, acteur mondial du drone professionnel, travaillent depuis un an sur le projet Precidrone en collaboration avec sept autres partenaires (Terres du Sud, Ovalie Innovation, Invivo, Terres Inovia, Arvalis, LAAS et l’Inra Avignon).

Trichogrammes par drone : un essai prometteur

Photo : groupe Vivadour

Le groupe Vivadour a mené, cette dernière campagne maïs, des essais d'épandage de trichogrammes par drone avec Ovalie Innovation, sa filiale commune avec le groupe Maïsadour dédiée à l'innovation et la R&D. Les expérimentations ont été menées en plein champ sur la ferme expérimentale de Vivadour et chez deux agriculteurs.

Ces trichogrammes tombés du ciel

Avec une autonomie en énergie et en capsules d’environ 10 hectares, la capacité d’épandage journalière du drone est de l’ordre de 100 à 200 hectares. Photo : Biotop

Alternative à la pose manuelle dans les parcelles, l’épandage aérien de trichogrammes se développe en France. Après l’hélicoptère, deux nouvelles options s’offrent dorénavant à l’agriculteur : l’épandage par ULM et par drone.