d'aucy

Le nouveau groupe coopératif s’appellera Eureden

Georges Galardon président de Triskalia et Alain Perrin, directeur général de d’aucy, ont présenté le 31 janvier le nom du nouveau groupe coopératif et l’identité visuelle qui lui sera associée. © D.Bodiou/Pixel image

Les responsables des groupes d’aucy et Triskalia ont dévoilé le 31 janvier le nom du nouveau groupe coopératif issu de leur rapprochement : Eureden. Ce rapprochement reste soumis à l’accord de l’Autorité de la concurrence qui devrait être rendu au cours du premier semestre.

La Région Bretagne entre au capital du groupe d’aucy

Entourés de Martin Meyrier, d’Olivier Allain, et d’Alain Perrin, Loïg Chesnais-Girard et Serge Le Bartz ont officialisé cette prise de participation de 5 M€, le 10 janvier à Ploërmel.  D. Bodiou/Pixel6TM

Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne, et Serge Le Bartz, Président du groupe d’aucy, ont officialisé le 10 janvier, à Ploërmel (Morbihan), la prise de participation de la Région Bretagne au capital du groupe d’aucy.

Un objectif de chiffre d’affaires à 5 milliards d’€ à l’horizon 2025

Dominique Ciccone, directeur gal de Triskalia, Georges Galardon, président de Triskalia, Loïg Chesnais-Girard, président du conseil régional de Bretagne, Serge Le Bartz, président de d’aucy et Alain Perrin, directeur gal de d’aucy. ©D.Bodiou/Pixel Image

Les Groupes d’aucy et Triskalia ont annoncé le 12 décembre, à Rennes, leur intention d’unir leurs forces pour bâtir un nouveau groupe agroalimentaire coopératif breton. Ensemble, les coopératives représentent plus de 20000 agriculteurs adhérents, 9000 collaborateurs et 3,1 milliards de chiffre d’affaires consolidé en 2016.

La démarche d’agro-écologie suit son cours

Sur le stand du Groupe d'aucy, au Space, Yves Mauffret, responsable développement durable de la branche ativités agricoles (à gauche) proposait aux adhérents la réalisation d'un diagnostic agro-écologique de leur exploitation. © D. Bodiou/Pixel Image

Fin 2016, la branche activités agricoles du Groupe d’aucy (coopératives Cecab et Coop de Broons) créait et déployait une démarche en faveur de l’agro-écologie et du développement durable.

« D’Aucy confirme la stabilité et la santé de son modèle »

Alain Perrin, directeur général du groupe D’Aucy (à gauche) et Serge Le Bartz, président. © D. Bodiou/Pixel image

Le groupe D’Aucy a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros, en retrait de 100 M€ par rapport à l’exercice précédent, et dégagé un résultat net positif de 12,3 millions d’euros, en baisse de 1,9 M€.

L’équité existe-t-elle encore dans votre coop ?

La gestion de l’équité paraît plus facile à maîtriser dans les petites structures. Dans les plus grosses, le distributeur doit imaginer une véritable stratégie pour y parvenir. Photo : Sonja Janson-Fotolia

Pour certaines structures, l’égalité de traitement revient à de l’équité. Pour d’autres, le contexte oblige à faire évoluer cette notion déjà très ancienne.

L’équité de traitement reste toujours un sujet très stratégique dans la relation d’une coopérative avec ses adhérents.

Comment la distribution anticipe la concentration ?

Face aux mastodontes de l’agrochimie, les centrales d’achat devront se rassembler pour peser. Photo : Bas121-Fotolia

Les fusions et rachats successifs des grands groupes de l’agrochimie sont de nature à inquiéter les distributeurs français. Face à ces mastodontes, tous s’accordent à dire que l’adhésion à une centrale d’achat, voire leur regroupement, leur permettra de rester des interlocuteurs de poids.

Quelles sont les conséquences dans la distribution agricole ?

Le bilan comptable ne sera fait qu’en fin d’année, mais d’ores et déjà, l’année 2016 devrait faire perdre quelques plumes à certains. Photo : Fabio Balbi-Fotolia

Si un point fait l’unanimité parmi les responsables de la distribution agricole, c’est bien celui qui anticipe une accélération de la concentration de la distribution induite par la crise de 2016.

Votre organisation est-elle suffisamment agile ?

« L’agilité et la réactivité résident dans la construction de dispositions permettant d’accompagner les producteurs pour mieux passer ce cap particulier », évoque Jean-Olivier Lhuissier de Vivescia. Photo : Brian Jackson-Fotolia

L’année 2016 fut un séisme pour l’agriculture : la plupart des productions animales et végétales ont souffert. La récolte de céréales a été complètement atypique. Comment les OS ont-ils rebondi afin d’aider les agriculteurs et de répondre aux exigences de leurs clients ?

Quelles sont les réelles économies ?

Pour une majorité de coop et négoces, le recours à une centrale d’achat permet, dans un contexte de concentration des firmes agrochimiques, d’équilibrer le rapport de force entre fournisseurs et distributeurs. Photo : Pict Rider-Fotolia

L’adhésion à une centrale d’achat d’agrofournitures est fréquente chez les distributeurs, qui y trouvent un moyen de regrouper leurs activités de référencement, de négociation et d’achat… Et de réaliser des économies.

Big data : votre entreprise a-t-elle pris le train ?

Le machinisme est un vecteur important dans la collecte et l’utilisation des données. C’est l’une des raisons pour laquelle Noriap s’est lancé dans la distribution de matériel agricole. Photo : Muratart-Fotolia

Le big data s’appuie sur l’agriculture de précision et les capteurs pour collecter des données. Pour certaines coopératives, cette quête de données ne peut pas se faire individuellement, mais plutôt collectivement. C’est pourquoi elles ont intégré be Api.

Le groupe d’aucy conforte ses activités

Alain Perrin, directeur général du groupe d’aucy, et Serge Le Bartz, président. Photo : D. Bodiou/Pixel image

Le groupe d’aucy a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires de 1,3 milliard d’euros, en retrait de 14 millions d’euros, et dégagé un résultat net positif de 14,2 millions d’euros (+14%). Son Ebitda, qui s’établit à 53 millions d’euros, est en croissance de 22%.