colza

Valoriser la captation du carbone par les cultures

Photo : H.Grare/Terroir Est

Plusieurs coopératives se lancent dans la création de filières pour valoriser la captation du carbone par les cultures. C’est le cas de la Scael, qui a mis en place une filière colza dite « à faible émission de gaz à effet de serre ».

Colza et orge d’hiver sur la sellette

Dans plusieurs régions, les semis de colza et d'orge d'hiver devraient baisser. CP : Pixel6TM

Selon quatre distributeurs, les surfaces en colza et en orge d’hiver devraient globalement encore baisser cet automne dans les principaux bassins de production.

Noriap : de bons rendements et une bonne qualité des blés

En blé, le rendement estimé est pour l’instant de 89 q chez Noriap. Le taux de protéines moyen est de 11,2%. Photo : S.Bot/Média et Agriculture

En ce moment, 80 000 tonnes rentrent tous les jours dans les silos du groupe Noriap tous produits confondus. Pour Philippe Florentin, les points positifs de cette moisson sont le très bon PS des blés et les conditions d’humidité dans lesquelles se déroule la moisson.

Bretagne : des rendements en baisse de 20 à 38 % en colza

Les rendements en orge d’hiver sont décevants, en recul de 15 à 25 %. Photo : aterrom/Adobe stock

Suite des retours de la moisson 2020 avec les témoignages d'Alexandre Clech, commercial céréales chez Eureden, et Jérémie Gomelet, technicien végétal en grandes cultures aux Ets Geffray au 16 juillet.

Une déception prévisible chez Hautbois

Au sein du négoce Hautbois, les rendements en blé oscillent entre 40 et 95 q/ha avec une moyenne de 60 q/ha au lieu des 75-77 q/ha des cinq dernières années. CP : DR

Sans surprise, les récoltes dans l’Ouest sont loin d’être exceptionnelles pour cette moisson 2020. Chez le négoce Hautbois, dont la zone de chalandise recouvre en partie la Mayenne, le Maine-et-Loire, la Loire-Atlantique et l’Ille-et-Vilaine, la déception était attendue.

Premiers retours de Vivescia et de Pissier

En blé, les premières bennes ont été réceptionnées chez Vivescia dans l’Aube et dans le nord de L’Yonne. CP : Romain Talon/Adobe Stock

La moisson a débuté depuis quelques semaines. Quels sont les premiers retours des coopératives et des négoces ? « Circuits Culture » a interrogé Jean-Olivier Lhuissier, directeur des collectes biologiques et conventionnelles chez Vivescia, et Matthieu Cadart, responsable des achats de céréales chez Pissier.

Premières bennes d'orge livrées

Les premières bennes d’orge ont été livrées chez les coopératives et les négoces. S. Seysen/Pixel6TM

L’arrivée de l’été lance le top départ de la moisson 2020 : les premières bennes d’orge et de colza ont été livrées aux coopératives et aux négoces. Tour d’horizon de cette moisson grâce à Twitter

Désherbage post-levée colza : + 7 % de parts de marché sur 2019-2020

22 % des premiers utilisateurs de Mozzar/Belkar citent que « raisonner le désherbage en fonction des adventices levées » explique leur choix de recourir à une stratégie tout en post-levée. Photo : Corteva

Avec 92 % d’utilisateurs satisfaits et 22 % des surfaces de colza traitées avec Mozzar/Belkar à l’automne 2019, Corteva Agriscience est très satisfait de la première campagne de son nouvel antidicotylédone de post-levée à large spectre.

Distribution exclusive de Temptation et Duplo

Temptation et Duplo bénéficieront de l’expertise de la protection des plantes colza du réseau de ventes BASF et du support de ses outils promotionnels terrain. Photo : M.Barbier/Pixel6TM

D’ici 2029, BASF lancera plus de 30 nouvelles solutions agricoles, notamment dans les semences, dans la protection des cultures biologique et chimique ainsi que dans les outils digitaux. Qu’en est-il des solutions commercialisées en France ?

L’impasse en colza chamboule les assolements

Le groupe 110 Bourgogne a baissé ses surfaces de colza de 80 % pour l’exercice 2018/2019.

Les surfaces de colza du périmètre de 110 Bourgogne ont baissé de 80% sur la dernière campagne. Le groupe a commencé à mettre plusieurs plans d’action en route pour donner la possibilité aux adhérents d’assurer une certaine valeur ajoutée.

Terrena et Avril créent Oleosyn bio

Avril et Terrena s'associent pour créer une filière bio d'oléoprotéagineux. CP : A. Lavoisier/Pixel6TM

Oleosyn bio est un projet de trituration de tournesol, de colza et de soja conçu par Avril et Terrena. Prévu pour 2020, il se matérialise par une unité de trituration à Thouars (79).

Retour du groupe Carré au 2 août

La moisson 2019 est un bon cru dans la zone de collecte du groupe Carré. Photo : S.Bot/ATC

La moisson se termine. Encore quelques hectares de blé et de colza sont à récolter dans les Hauts-de-France. Voici le bilan dressé par le groupe Carré.

Nord

Retour d'Axéréal au 19 juillet

En dehors des colzas, cette moisson d’été sera tout à fait correcte pour la zone de collecte d'Axéréal. Les inquiétudes se portant maintenant sur le maïs et le tournesol. Photo : S. Seysen/Pixel6TM

Suite du tour des régions de la moisson de « Circuits Culture » avec Axéréal.

Centre
Pierre Toussaint, directeur marketing, collecte et qualité d’Axéréal

Au 19 juillet

Cultures d’hiver/d’été, dilemmes croisés

Philippe Ballanger, directeur terrain chez Océalia  : « La réduction de l’irrigation a entraîné un glissement des cultures d’été vers les cultures d’hiver ces trois dernières années. » CP : Océalia

Malgré un recul de 50 % de la surface en colza pour 2018-2019, la coopérative Océalia espère maintenir la crucifère à un bon niveau lors des prochains semis. Avec la baisse de l’irrigation, les cultures d’hiver s’imposent malgré tout face aux cultures d’été…

335 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici cinq ans

Jean-Philippe Legendre, directeur de Corteva Agriscience France, entouré de ses collaborateurs. CP : DR

La division Agriculture de Dow et Dupont, Corteva Agriscience™ affiche ses ambitions sur le marché français : l’entreprise souhaite augmenter de plus de 40 % son chiffre d’affaires d’ici cinq ans, afin d’atteindre 335 millions d’euros.

Des rendements en dessous des attentes

Pour la coopérative Lorca, les rendements sont en dessous des attentes, notamment en blé avec tout juste 70 q/ha. (c) N.Chemineau/Pixel Image

« S’il n’est pas exceptionnel, le cru 2018 permet de revenir à des quantités et des qualités plus conventionnelles », annonce Alexandre Raguet, directeur général du groupe Lorca.