bio

Écolience : le bio du champ à l’assiette pour 12 M€

Jean-Guy Valette, maire de Genouillé (debout), a soutenu politiquement la concrétisation du projet Écolience porté par Frédéric Grünblatt et Marlène Castan (à gauche). Photo : O.Lévêque/Pixel6TM

Le projet Écolience vise la valorisation de 3 000 ha de cultures bio dans le sud-Vienne, via son unité de fabrication de 3 600 m² en cours de construction à côté de Civray. 70 emplois seraient créés à terme, pour un investissement de 12 M€.

47 projets Biorationals en test sur les grandes cultures

Lors de la conférence de presse du 6 mai, les dirigeants de Certis ont détaillé la stratégie de développement de la gamme Biorationals (produits de biocontrôle et produits UAB).

Chez Certis, le chiffre d’affaires lié aux produits de la gamme Biorationals, produits de biocontrôle et produits UAB, représente 30 % en 2020. Certis espère atteindre au moins 40 % d’ici 2025. Rappelons que la gamme Biorationals existe depuis 20 ans et compte 18 produits à la gamme.

C’est reparti pour 100 ans

Pour accompagner le développement des filières, la SAS Bresson est en réflexion pour investir dans les deux ans qui viennent dans des capacités de stockage supplémentaires. © JL Petit

La SAS Bresson, négoce familial implanté à Saulon-la-Chapelle en Côte-d’Or, a fêté en 2020 ses 100 ans.

Bio : l'enseigne passe des accords avec six coopératives

Carrefour s'est engagé avec des coopératives et des industriels pour commercialiser des produits bio. CP : Alpina Savoie

Au Salon Natexpo, qui s’est déroulé du 21 au 22 septembre à Lyon, Carrefour a annoncé officiellement des accords passés avec certains acteurs de l’agriculture biologique. Ainsi, Fermes bio, Agribio Union, Bio Sud, Union bio Sud-Est, la Drômoise de céréales et la Cavac sont les six coopératives françaises engagées avec l’enseigne pour produire du bio sous la marque Carrefour bio. L’industrie agroalimentaire est aussi impliquée avec Alpina Savoie et Celnat.

Du bio local, éthique et responsable

Photo : Tatjana Balzer/Adobe Stock

Qui consomme aujourd’hui des produits bio en France ? Dans quels points de vente les consommateurs achètent-ils leurs produits ? Quelles sont leurs attentes sur ces produits ? Zoom sur les résultats de l’étude Spirit Insight réalisée pour l’Agence Bio auprès de 2 000 français.

« Renforcer notre résilience par une stratégie de diversification »

« Chaque nouveau projet doit rapidement devenir autonome financièrement pour développer la résilience du groupe. Ces projets doivent également être en lien avec l’agriculture régionale », souligne Damien François. CP : S.Bot/Média et Agriculture.

Damien François vient d’être nommé directeur général du groupe Noriap. Son ambition est de mettre en place le nouveau projet d’entreprise, et de poursuivre la stratégie de diversification initiée par son prédécesseur, Martin Migonney. Le groupe entend mettre en place une stratégie partenariale, chaque fois que cela sera possible.

Miser sur les échanges intracommunautaires

CP : X. Beguet - Panorama.

La France est désormais le premier producteur européen de grandes cultures AB, et les demandes des meuniers et des fabricants d’aliments du bétail restent soutenues. Plutôt que de viser l’autosuffisance, l’heure semble davantage au renforcement des échanges intracommunautaires sur les grandes cultures bio.

Bonnes performances économiques pour le groupe

Jérôme Calleau, président (à droite) a dirigé l’assemblée générale de la Cavac avec Jacques Bourgeais, directeur général (à gauche) et Olivier Joreau, directeur général adjoint (au centre). CP : Guihard

La Cavac continue d’investir dans la diversification et dans la création de filières. Les plus belles progressions dans les différentes branches proviennent souvent du développement du bio.

« +1,5% de chiffre d’affaires par an jusqu’en 2021 »

+1,5% par an, c’est la croissance du chiffre d’affaires des sociétés coopératives agricoles jusqu’en 2021, pronostiquée par les experts de Xerfi.

+1,5% par an, c’est la croissance du chiffre d’affaires des sociétés coopératives agricoles jusqu’en 2021, pronostiquée par les experts de Xerfi. Alors que leur chiffre d’affaires a reculé de 6 % par an entre 2013 et 2017.

+ 24 % en collecte bio !

Gérard Latapie, président de la coop Qualisol. Photo : C. Milou/Pixel image

À l'occasion de son assemblée générale qui s'est déroulée le 10 décembre à Moissac, Qualisol a fait état d'une collecte en hausse sur l'exercice 2014-2015. Celle-ci s'est élevée à 226751 tonnes, soit 7,78% de plus que l'an passé. Elle se situe au-dessus de la collecte moyenne de la coopérative.

Une réorganisation pour absorber l'essor du bio

Robert Asento / Fotolia

« S’adapter » a été l’un des maîtres mots prononcé par Damien Leca, directeur de Gersycoop, à l’occasion de l’assemblée générale de la coopérative gersoise le 26 novembre.

L’écimage promis à un bel avenir

Les écimeuses de Noriap de 12 m possèdent une trémie  de 6 m3 pour récupérer les graines et les tiges des adventices. Photo : Noriap

De plus en plus plébiscitée en bio, la technique de l’écimage intéresse aussi fortement les agriculteurs conventionnels. Solution de rattrapage efficace au coût plutôt modéré en prestation, l’écimage trouve sa place auprès de nombreuses cultures, comme le montre l’exemple de Noriap.