Armel Lesaffre

Une nouvelle plateforme digitale et un data hub

Adeline Coustenoble, Armel Lesaffre et Cédric Cogniez ont présenté la nouvelle plateforme digitale uneal.com ce 14 juin lors du Techniday. Photo : S.Bot/Média et Agriculture

Unéal a profité du Techniday, qui a eu lieu ce 14 juin à Warlus (62), pour lancer uneal.com, sa nouvelle plateforme digitale. L’occasion pour les 1200 personnes présentes à cette journée de découvrir ce nouvel outil digital. La coopérative a investi au total un million d’euros sur ce projet digital dont l’enjeu affiché est la donnée.

Créer un écosystème favorable à la production de protéines locales

Les dirigeants d’Unéal et du groupe Advitam ont présenté ce 8 décembre le bilan de la coopérative et du groupe. De gauche à droite : Gabriel Delory, Cédric Cogniez, Armel Lesaffre et Nicolas Debrabant. Photo : Unéal

La coopérative Unéal réfléchit aux protéines végétales. L’enjeu est de produire de la protéine aux champs afin de créer ensuite un écosystème favorable aux protéines végétales locales. Des essais ont été menés en soja et lupin. Quant au groupe Advitam, il devrait bientôt intégrer neuf magasins Jardiland dans son pôle distribution.

Construire un acteur régional majeur de l’alimentation de proximité

Cédric Cogniez (à gauche) et Armel Lesaffre, respectivement directeur général et président d’Unéal et du groupe Advitam, dévoilent la nouvelle BU du groupe : Advitam Alimentaire. Photo : groupe Advitam

En créant Advitam Alimentaire, le groupe Advitam se lance dans une démarche de développement d’une filière alimentaire de proximité dans les Hauts-de-France. Sa promesse : « Du champ à l’assiette, du producteur au consommateur, garantir des produits locaux et de qualité grâce à une chaîne de valeur durable ».

Créer une filière spiruline via la filiale AlgoWinn

« 90% de la spiruline consommée en France est produite en Inde ou en Chine », indique Armel Lesaffre, administrateur d’Unéal (à gauche). Photos : S.Bot/Pixel image

Les dirigeants d’Unéal ont l’ambition de créer une filière dédiée à la spiruline. Ainsi, des adhérents produiront cette microalgue, puis la coopérative se chargera de la commercialiser. Le retour sur investissement serait de dix ans pour un bassin de 400 m².