Agritel

43 TC formés à la commercialisation des céréales

43 techniciens-conseil d’Unéal ont reçu leur diplôme sur la commercialisation des céréales. La formation a été créée de toute part avec l’Isa de Lille, Agritel et Unéal. ©S.Bot/Pixel Image

Unéal s’est rapprochée de l’Isa de Lille et d’Agritel pour bâtir une formation sur la commercialisation des céréales. Destinée aux techniciens-conseil, elle s’est déroulée sur l’année 2017 : 6 jours de formation, un QCM, un rapport et une soutenance. Résultat : 85% de réussite.

La qualité suffira-t-elle à la reconquête ?

Après les déboires de la campagne 2016, la récolte 2017 a permis de renouer avec les standards de la production française, voire au-delà. "Certes, la récolte est moyenne en volume, mais l’offre française est de très bonne qualité, grâce notamment à un taux de protéines exceptionnel", résume Michel Portier, Directeur d’Agritel le 31 août dernier à l’occasion d’une conférence de presse.

Un sentiment de marché légèrement haussier

La première édition du Paris Grain Day a réuni 150 acteurs des filières agricoles venus de 15 pays différents. Photo : Agritel-Flashmat

150 opérateurs de marché se sont prononcés sur l’année civile 2017, au Paris Grain Day. Ils ont le sentiment d’un marché des matières premières agricoles légèrement haussier. La lumière serait-elle au bout du tunnel ?

Une flambée des prix inévitable et durable

La hausse du prix du gaz naturel et la rétention dans les approvisionnements  en provenance créent une flambée du prix de l’énergie et des engrais. Photo : mat - stock.adobe.com

Depuis le début de l’année, les prix des engrais azotés classiques, ammonitrate, solution azotée et urée, n’ont cessé de progresser. Désormais, il est possible de parler de flambée des prix, qui battent tous les records. L’ensemble des fondamentaux haussiers sont réunis, la pénurie est à craindre. Le point avec Isaure Perrot, analyste et consultante pour Agritel.

La France ne sera plus leader du blé à l’export hors UE

Michel Portier, directeur général d’Agritel présentait le 9 août les estimations de la moisson de blé tendre 2016.

Selon Agritel, la France va perdre son rôle de leader sur le marché blé tendre hors Union-Européenne au bénéfice de l’Allemagne. En cause, un poids sec trop faible et un rendement moyen de 5,48 t/ha en 2016, contre 7,39 t/ha en moyenne ces cinq dernières années.