Lorraine

Une école de responsables pour évoluer en interne

SEVE s’appuie sur un réseau de 31 magasins - sous les enseignes Magasin Vert, Point Vert Le Jardin, Point Vert, La Maison Point Vert, Terranimo.

Face aux futurs départs en retraite des responsables de magasin et compte tenu de la difficulté à recruter des profils multicompétents, la Société d’expansion verte de l’Est (SEVE), filiale du groupe Lorca, a choisi de prendre les choses en main en créant sa propre école en interne.

Savoir créer de nouveaux besoins

"Pour les projets les plus importants, nous n’hésitons pas à commander plusieurs études avec des méthodes de calcul différentes afin de confronter leurs conclusions", explique Charles Colasse. Photo : Seve

La société Seve (Société d’expansion verte de l’Est), filiale du groupe Lorca, poursuit son développement dans le monde de la distribution verte avec un chiffre d’affaires qui dépasse désormais les 45 millions d’euros.

Une plateforme logistique tournée vers l’avenir

Jean-Noël Rivat, directeur opérationnel du groupe, et Bruno Esperto, responsable de la plateforme Lorca’Log, devant le système robotisé Miniload. Photo : A. Legendre/Terroir Est

La coopérative mosellane Lorca a agrandi sa plateforme logistique de Lemud en 2021. 3500 m² viennent compléter les 6500 m² de stockage construits dans les années 1980. Cinquante-cinq magasins du réseau Point Vert en dépendent. Un système robotisé, le miniload, a rejoint le nouveau bâtiment, pour le stockage et le picking des petits objets : plus de cinq mille références sont ainsi stockées sur 45 m de long et 9,8 m de haut.

Une première unité de méthanisation à Landres

L’unité de méthanisation de Landres, d’une capacité de 175 Nm3 de gaz/h a nécessité 7 millions d’euros d’investissement. Photo : Hélène Flamant

En 2018, EMC2, coopérative du Grand Est, décidait d’investir dans la méthanisation. Située à Landres (54), la première unité est entrée en fonctionnement en août 2021.

Lorraine : une récolte décevante

La pluviométrie estivale a retardé et entrecoupé la moisson en Lorraine. Photo : Image'in/Adobe Stock

Si au 15 juin, l’aspect des cultures était prometteur, la pluviométrie des mois de juillet et août a impacté la qualité.