Lorraine

Un chiffre d'affaires en recul de 6 %

Jean-Paul Marchal (à g.) et Éric Chrétien, respectivement président et directeur général de la Cal. CP : JL.Masson/Le Paysan Lorrain

Débouché viande qui se restreint à cause du confinement, diminution des ventes d’appro, progression de la branche machinisme... Le directeur général de la Cal, Éric Chrétien, a résumé les faits marquants de la campagne 2019-2020, à l’occasion des assemblées de section qui se sont déroulées en distanciel.

Un chiffre d'affaires en baisse de 7 %

Arnaud de Maret, directeur général d'EMC2, a pris ses fonctions en mars 2020. CP : JL.Masson/Le Paysan Lorrain

EMC2 enregistre une baisse de la plupart de ses activités, imputée au contexte climatique et à la crise sanitaire. Maîtrise des charges, rigueur de gestion et relance tous azimuts sont au programme pour la nouvelle campagne.

Une capacité de stockage étendue à 144 000 tonnes sur le port de Metz

Six cellules métalliques, d’une capacité de 6750 tonnes chacune, complètent le silo existant. Le groupe Soufflet peut désormais stocker 144 000 tonnes de céréales sur le port de Metz. CP : H.Flamant/Terroir Est.

Implanté sur le port de Metz depuis 1988, le groupe Soufflet consolide encore un peu plus sa présence dans le premier port fluvial céréalier de France avec l’extension de ses silos, qui porte la capacité de stockage à 144 000 tonnes.

EMC2 : des orges d'hiver en souffrance

Les pluies du mois de juin ont permis un bon calibrage des grains. Photo : Pixel6TM

Commencée il y a trois semaines, la récolte des orges d'hiver n'était toujours pas terminée la veille du 14 juillet, sur la zone d'EMC2, conséquence des gros écarts de maturité constatés cette année.

De l’engrais stocké au cœur de la zone Terialis

Le stockage de Neuves-Maisons est dimensionné pour accueillir 3 900 tonnes de solution liquide et 7 500 tonnes d’engrais solide. Il permet d’ensacher 1 500 tonnes à l’abri et 1 500 tonnes en extérieur dans des big bags. CP : DR

Le nouveau site de stockage des engrais de l’union de coopératives Terialis, sorti de terre en bordure de l’eau, sur la Moselle canalisée, irriguera progressivement toute la zone de chalandise de la coopérative agricole Lorraine (Cal) et le sud de celle d’Emc2. Sa montée en puissance opérationnelle va s’effectuer en deux mois.

Réunir les adhérents au cours d’un tour de plaine virtuel

Le service agronomie d'EMC2 réuni pour répondre aux questions des adhérents lors de la diffusion du tour de plaine. CP : DR
Mi-avril, l’équipe agronomie d’EMC2 s’est réunie pour organiser un tour de plaine virtuel. Puisque les conditions sanitaires ne permettent pas les rencontres physiques, la coopérative vient à ses adhérents.

Lorca et la Cal unissent leurs forces pour développer Point Vert

De gauche à droite : Jean-Louis Stemart, président de la société Seve, Éric Chretien, directeur général du groupe Cal, Charles Colasse, responsable du pôle jardin&terroir du groupe Lorca, et Alexandre Raguet, directeur général du groupe Lorca. CP : DR
Les groupes Lorca et Cal ont décidé de réunifier leur activité pour se développer à l’échelle de la Lorraine, afin de devenir leader sur le marché du jardinage en région. La concentration des deux réseaux est effective depuis le 1er février et la fusion sociale depuis le 8 février.

Sur le chemin de la troisième voie

L'assemblée générale du 22 janvier a été l'occasion pour Philippe Mangin d'officialiser la nomination d'Arnaud de Maret à la direction générale. Il succèdera, le 28 février, à René Bartoli, qui part à la retraite. CP : Jean-Luc Masson.

EMC2 aborde une nouvelle phase de son histoire. L’arrivée d’une nouvelle génération aux commandes de la direction générale correspond à l’émergence d’une « nouvelle agriculture », censée répondre aux défis imposés par la société et l’environnement.

Accompagner le développement du biocontrôle

 L’ensemble des partenaires, académiques et industriels, de la chaire Bio4Solutions était réuni le 14 janvier au sein de l’Ensaia pour son lancement officiel. © H.Flamant/Terroir Est

L’Ensaia-université de Lorraine a officiellement lancé, le 14 janvier, une nouvelle chaire dédiée au biocontrôle, Bio4Solutions, en présence de l’ensemble des partenaires, académiques et industriels.

Cap logistique tenu par la coopérative Vivescia

Rapport d'activité du groupe coopératif Vivescia. © M. Lecourtier/Média et Agriculture

Les contre-performances de l’activité BVP de Vivescia Industries plombent les résultats du groupe alors que la coopérative, de son côté, affiche une belle performance comme évoqué lors de la réunion d’information annuelle du groupe, le 11 décembre 2019 à Châlons-en-Champagne.

Une « nouvelle coop » en gestation

René Bartoli (deuxième à gauche), directeur général de la coopérative, a annoncé un chiffres d'affaires de 437 M d'euros, en hausse de 10 %, « l'un des meilleurs de la coopérative ». Photo : Alain Humbertclaude/Vie Agricole de la Meuse
La coopérative EMC2 réalise un exercice 2018-2019 plutôt correct, avec une hausse des principales activités et une collecte de céréales proche du million de tonnes pour le groupe.

Un nouveau silo pour faire face à l'afflux de céréales bio

Vendredi 21 juin la coopérative Probiolor a inauguré son nouveau silo de stockage et de tri à Vézelise (Meurthe-et-Moselle). Un investissement nécessaire face à la dynamique toujours croissante de conversions en agriculture bio dans la région.

Pompiers volontaires : faciliter l’engagement des salariés

Signature de trois nouvelles conventions entre EMC2, le SDIS 55 et trois salariés pour leur permettre de concilier leur travail et leur engagement de sapeur-pompier volontaire. CP : EMC2

EMC2 a récemment signé avec le service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de la Meuse, une convention permettant à trois de ses salariés de concilier leur activité professionnelle et leur engagement de sapeur-pompier volontaire.

Des changements se dessinent

Philippe Mangin, président d'EMC2, entouré de René Bartoli, directeur général, et Patrice Brisson (à d.), directeur adjoint, lors de l'AG du 6 décembre à Verdun. Photo : Alain Humbertclaude/Vie Agricole de la Meuse.

Des rendements en dessous des attentes

Pour la coopérative Lorca, les rendements sont en dessous des attentes, notamment en blé avec tout juste 70 q/ha. (c) N.Chemineau/Pixel Image

« S’il n’est pas exceptionnel, le cru 2018 permet de revenir à des quantités et des qualités plus conventionnelles », annonce Alexandre Raguet, directeur général du groupe Lorca.

Les consommateurs ont pris le pouvoir

«Vous pourrez faire toutes les publicités que vous voulez, il faut avant tout convaincre le consommateur», affirme Stéphane Gauthier, hôtelier à Orléans. Photo : H.Grare/Pixel Image

Invité par le CRITT Agria Grand Est, à l'occasion de son assemblée générale qui s'est tenue le 24 avril, Stéphane Gauthier, hôtelier à Orléans, a témoigné sur la façon dont le groupe Best Western a fait face à l’arrivée d’acteurs qui ont déstabilisé et ont redistribué les c