Voies navigables de France

14,4 Mt de produits céréaliers transportés par voie d’eau en 2019

Selon VNF, la filière agroalimentaire constitue le secteur enregistrant la croissance la plus importante en 2019 en matière de transport fluvial de marchandises. CP : S. Seysen/Pixel6TM
Selon VNF, la filière agroalimentaire constitue le secteur enregistrant la croissance la plus importante en 2019 en matière de transport fluvial de marchandises. CP : S. Seysen/Pixel6TM

En 2019, 56,3 millions de tonnes de marchandises ont été transportées par le transport fluvial, soit une hausse de 9 % du tonnage par rapport à 2018. Ces chiffres ont été annoncés par Voies navigables de France (VNF) dans un communiqué du 24 février.

« La filière agroalimentaire constitue le secteur enregistrant la croissance la plus importante en 2019 en matière de transport fluvial de marchandises », détaille VNF.

La progression est de 15,5 % en tonnes kilomètres (à près de 2,3 milliards de t.km) et de 11,1 % en volumes (14,4 millions de tonnes transportées).

« Comme en 2018, ce secteur reste en 2019 le principal contributeur à la hausse du trafic sur le territoire national (gain de 304 millions de t.km) », souligne VNF.


Sur le total des produits céréaliers transportés par voie d’eau, la prépondérance du blé se renforce en 2019.

« Avec ces résultats 2019, je suis particulièrement fier de voir le transport fluvial s’inscrire comme une alternative crédible pour le transport de marchandises, déclare Thierry Guimbaud, directeur général de Voies navigables de France. Ces bons résultats attestent des atouts du fluvial : avantages écologiques grâce à une faible émission de CO2, mais également économiques, grâce à la massification des trafics qu’il permet, en toute sécurité et dans le respect des délais. »

La croissance du transport fluvial sur le bassin Seine-Oise repose pour l’essentiel sur les flux de céréales et de produits oléagineux, qui affichent une croissance à deux chiffres : + 16,3 %, soit une augmentation de 165 millions de t.km par rapport au précédent exercice (+ 15,4% en tonnes pour atteindre 4,2 millions de tonnes).


« Les bons résultats attestent des atouts du fluvial », précise Thierry Guimbaud, directeur général de VNF. Photo : VNF-Christophe Jumez

Sur les ports rhénans français, le trafic de la filière croît de 19,2 % en t.km et de 14,3 % en tonnes, ce qui représente 2,7 millions de tonnes transportées.

Concernant le bassin mosellan, la hausse est de 14,3 % en t.km et de 15,6 % en tonnes, pour atteindre 3,3 millions de tonnes transportées. Le port de Metz, premier port intérieur français pour cette filière, retrouve en 2019 les volumes d’avant 2018, année marquée par des conditions hydrologiques défavorables.

Les trafics céréaliers sont également en forte augmentation sur le bassin Rhône-Saône (+ 14,9 % en t.km) avec une progression de 12,2 % en volume, soit 0,7 million de tonnes.

« Il convient d’ajouter à ces chiffres le trafic fluviomaritime qui représente environ 10 % des flux de ce bassin et qui achemine une part importante de céréales », précise VNF.

Sur le réseau fluvial du Nord, la filière agroalimentaire affiche une augmentation de 19,2 millions de t.km (+ 6,6 % en t.km), et de 0,4 % en tonnes. Ce qui représente au total 3,7 millions de tonnes transportées.