Vente en ligne

Six questions sur aladin.farm

Selon la stratégie de l’entreprise, il y a la possibilité de décliner le site par filiale du groupe coopératif : aladinby+nom de la coopérative ; aladinby+nom du négoce… CP : aladin®.
Selon la stratégie de l’entreprise, il y a la possibilité de décliner le site par filiale du groupe coopératif : aladinby+nom de la coopérative ; aladinby+nom du négoce… CP : aladin®.

La plateforme aladin.farm a été lancée officiellement le 28 février dernier devant 500 technico-commerciaux. Qui a y accès ? Quelles sont les coopératives pilotes ? Quel est le modèle économique ? Quels produits y sont commercialisés ? Voici les réponses.

1-Qui a accès à aladin.farm ?

La plateforme est accessible à tous les agriculteurs. Cependant, pour qu’un agriculteur passe une commande, la seule condition est que sa coopérative ou son distributeur soit un partenaire d’aladin. Les agriculteurs ont la possibilité d’utiliser leur compte coopératif pour le paiement. « Ils n’ont pas d’avance de trésorerie », indique Stéphane Marcel, directeur général d’aladin®.

2-Combien de coopératives sont actuellement pilotes ?

aladin compte Neuf coopératives pilotes (Agora, la Dauphinoise, EMC2, Maïsadour, NatUp, Noriap, Océalia, Unéal et Val de Gascogne), soit une couverture géographique de 44 000 agriculteurs. D’ici peu de temps, six autres coopératives vont devenir partenaires afin de couvrir 80 000 agriculteurs. D’ici un an, aladin ambitionne une couverture territoriale de 100 000 agriculteurs.

3-Si le groupe coopératif compte plusieurs filiales, comment gérer différemment l’accès à la plateforme ?

Selon la stratégie de l’entreprise, il y a la possibilité de décliner le site par filiale du groupe coopératif : aladinby+nom de la coopérative ; aladinby+nom du négoce…

4-Quel est le modèle économique d’aladin ?

Les coopératives payent une commission dégressive sur le chiffre d’affaires passé sur la plateforme, et les fournisseurs partenaires sont redevables d’une commission sur le volume d’affaires. Les montants n’ont pas été communiqués par aladin. La liste des fournisseurs partenaires est confidentielle, mais ce sont les acteurs avec qui la distribution a l’habitude de travailler.

5-Certains distributeurs avaient déjà lancé leur site de e-commerce ces dernières années, quelles sont les articulations possibles avec aladin.farm ?

« Pour la majorité des structures, aladin sera leur canal digital privilégié afin de proposer une seule porte d’entrée aux agriculteurs, informe Stéphane Marcel. Mais il sera toujours possible, pour ces structures, de garder leur site de e-commerce afin de cibler ce site sur un créneau de vente, comme l’alimentation animale. » L’objectif d’aladin est de centraliser une offre sur un seul support afin de faciliter son déploiement.

6-Quels seront les produits commercialisés sur aladin.farm ?

Début mars, les intrants, les OAD et services sont déjà proposés. Les EPI vont prochainement être disponibles. D’ici le premier semestre 2020, l’agroéquipement sera en ligne avec des bâches plastiques, des pierres à lécher et du petit outillage. D’ici un an, des produits pour la santé et l’alimentation animale, ainsi que du machinisme agricole avec des pièces détachées et d’usure, des locations de matériel, des outils de manutention, seront commercialisés. « Nous ne vendrons aucun tracteur », stipule Stéphane Marcel.