Un livre à charge contre les SDHI : Le crime est presque parfait

Ce mercredi 11 septembre, sort en librairie «Le crime est presque parfait ». Écrit par Fabrice Nicolino, journaliste et cofondateur du mouvement « Nous voulons des coquelicots », ce livre (éditions Les liens qui libèrent) enquête sur la dernière génération des fongicides SDHI  (fluxapyroxad, bixafen,  fluopyram ou  isopyrazam…).  Il fait suite à l’alerte lancée par en avril 2018 dans Libération, par un collectif de scientifiques spécialistes des maladies mitochondriales. Ces chercheurs pointent les risques d’une utilisation massive de ces SDHI sur la santé humaine. « Ces substances actives ont pour principe de bloquer la respiration des cellules des champignons, en inhibant l’activité de l’enzyme SDH (la succinate déshydrogénase). Des anomalies de fonctionnement de la SDH peuvent entraîner, chez l’homme, la mort de cellules et causer de graves encéphalopathies. Ou, au contraire, une prolifération incontrôlée de cellules et être à l’origine de cancers. » Selon le journaliste, le marché mondial des SDHI était évalué à 2,586 milliards de dollars (2,343 milliards d’euros) en 2018.