Terrena Poitou

Un exercice plutôt bon

Au premier rang, de G. à D. : Hubert de Lauzon, directeur, Philippe Villain, président, et Noël Dreano, directeur adjoint de Terrena Poitou. Photo : C. Bruère
Au premier rang, de G. à D. : Hubert de Lauzon, directeur, Philippe Villain, président, et Noël Dreano, directeur adjoint de Terrena Poitou. Photo : C. Bruère

Terrena Poitou a tenu son assemblée générale à Jaunay-Clan le 15 décembre, sous la nouvelle présidence de Philippe Villain, élu depuis juin 2015 à la tête de la coopérative. Pour Hubert de Lauzon le directeur, les résultats de l’exercice 2014-2015 sont plutôt bons, avec un chiffre d’affaires stable à 235 millions d’euros (136 M€ pour la collecte, 99 M€ pour l’appro-services), un résultat d’exploitation à 6,8 millions d’euros, et une capacité d’autofinancement également de 6,8 millions d’euros. Il ajoute :

 

« Ces chiffres restent cohérents avec notre budget prévisionnel, nous n’avons pas dévié de nos objectifs. En 2014, nous avons aussi réalisé une récolte record, à 685000 tonnes, soit 20% de plus que l’année précédente. Cette année, nous devrions nous situer plutôt autour de 600000 tonnes. »

 

Une année à se connecter

Parmi les grands chantiers réalisés lors de l’exercice 2014-2015 : l’informatisation du suivi de données et du conseil aux adhérents, avec l’appropriation des outils de gestion de données par l’ensemble des techniciens :

« Pour les préconisations, le suivi parcellaire et l’ensemble des conseils en général, nous avons formé nos 40 techniciens à la maîtrise de l’outil informatique et du logiciel Conselio. Cela a pris un peu de temps, notamment pour les plus anciens, mais pour répondre aux attentes réglementaires, entre autres sur la traçabilité, cela était essentiel. Sans oublier la capacité à mieux tirer profit des données pour aller sur les solutions de “La nouvelle agriculture” (NA) prônée par Terrena. Là aussi, la maîtrise des données est essentielle pour optimiser les intrants. Et l’agriculteur peut lui aussi rentrer ou récupérer directement ses données, pour un gain de temps ! »

 

Les enjeux du big data avaient d’ailleurs été choisis comme thème d’échange pour cette assemblée générale de Terrena Poitou. Hubert de Lauzon complète :

« Les objectifs sont bien de démontrer le bénéfice que les agriculteurs peuvent en retirer et de faire réfléchir nos adhérents aux moyens et à la manière d’explorer ce champ des possibles. »

 
« Nous ne sommes pas en guerre »

Le dernier exercice marque aussi pour Terrena Poitou le début du « plan céréales », lancé par le groupe Terrena l’an dernier. Ce plan d’investissement de 100 millions d’euros sur dix ans vise à rénover et construire de nouveaux équipements de logistique et stockage du grain (la moitié du budget concerne Terrena Poitou). Un nouveau silo de 9000 tonnes vient d’ailleurs d’être mis en route dans le Nord-Vienne. Mais pour Hubert de Lauzon, l’objectif est de conforter ses positions, sans pour autant chercher à conquérir de nouvelles zones, en réponse à l’arrivée de Soufflet :

« Notre objectif n’est pas d’être guerrier. Si Soufflet a repris 100000 tonnes d’un négoce sur la Vienne (NDLR : Raynot), ce qui n’est pas anodin pour notre activité, nous ne nous sentons pas en guerre. Nous misons sur notre démarche NA, avec des outils proposés à nos 5000 adhérents pour mieux fertiliser, mieux protéger et suivre leurs cultures. Les agriculteurs sont intéressés par la technique. C’est en leur proposant des outils et des perspectives sur les domaines qui les intéressent que l’on suscite l’adhésion ! Sans oublier de travailler en liens étroits avec l’aval. La production n’a de sens que s’il y a un débouché ! »