Terre d’Alliances

Un pas supplémentaire vers l’aval

Terre d'Alliances compte 24 site d'appro-collecte, 8 dépôts Ecovigne, 15 magasins grand public. © Terre d'Alliances
Terre d'Alliances compte 24 site d'appro-collecte, 8 dépôts Ecovigne, 15 magasins grand public. © Terre d'Alliances

Le groupe coopératif Terre d’Alliances (Ain) clôt son exercice 2017/2018 sur une collecte de 606000 t et un chiffre d’affaires en progression de 7% à 194 M€. Face aux évolutions des modes de consommation, les dirigeants souhaitent se rapprocher du consommateur. Alors que la fusion avec la coopérative Dauphinoise se profile pour 2020.

Elle s’appelle « La 100% locale ». C’est le nom du pain qui a été déposé par Terre d’Alliances, en lien avec un meunier et des boulangers, afin de valoriser la production de blé meunier norme française produit par un groupe d’adhérents. À l’origine de cette initiative : le constat que la transformation des produits et leur distribution ont été laissés de côté… et le souhait de réintégrer la chaîne de valeur, lorsque c’est possible, grâce à des partenariats.

Cette volonté de valorisation des productions est déjà à l’œuvre depuis plusieurs années, par le développement des cultures contractuelles. Elles ont représenté 10000 ha en 2017. Terre d’Alliances offre ainsi à ses adhérents la possibilité de souscrire à au moins un contrat : semences de grandes cultures, blé norme française, sorgho pour l’oisellerie, sarrasin, pois chiche… La production en bio connaît aussi un fort développement, avec une collecte 2017 de 2700 t et un nombre d’adhérents passé de 18 à 83.

Le développement de filières qui répondent aux nouveaux modes de consommation (manger local, avec moins de pesticides) est l’un des axes stratégiques qui ont été retenus pour la construction de l’Union Oxyane, avec la coopérative Dauphinoise, avec l’innovation. Ce rapprochement porte ses fruits, à tel point que la fusion est envisagée pour l’an prochain. Les adhérents de Terre d’Alliances devraient se prononcer en janvier 2020.