Réhomologation du cuivre

L’Efow et la Fnab : des réactions différentes

Seb-Chaudob/Le cuivre vient d'être réhomologué avec des doses autorisées à la baisse.
Seb-Chaudob/Le cuivre vient d'être réhomologué avec des doses autorisées à la baisse.

Le cuivre vient d’être réhomologué pour sept ans par l’Union européenne. Les doses de cuivre autorisées jusqu’à présent étaient de 6 kg/ha/an par an. En France, les agriculteurs biologiques, producteurs de plantes pérennes, avaient le droit à un lissage de la dose totale sur cinq ans. Les nouvelles modalités retenues par l’Union européenne sont de 4 kg/ha/an avec un lissage de sept ans. À chaque État de préciser les conditions d’application concernant le lissage. En France, les producteurs bio souhaiteraient qu’elles s’appliquent aussi aux plantes annuelles. En pommes de terre par exemple, la nouvelle dose homologuée ne permettra pas de contenir le mildiou en agriculture biologique lors de fortes attaques. L’annonce du nouveau dispositif a fait réagir et de façon divergente.  

 

Selon Bernard Farges, de la Fédération européenne des vins d’origine (Efow) : 

« Les viticulteurs viennent de perdre un outil indispensable. Il ne faudra pas s'étonner si, à présent, certains viticulteurs bio seront dans l'incapacité de se maintenir en agriculture biologique. »

En revanche, la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab) se réjouit :

« Nous nous sommes battus pour obtenir un lissage des doses autorisées, explique Jacques Carroget, secrétaire national viticulture à la Fnab, le secteur aurait été en grande difficulté pour aborder les années à forte pression mildiou. Maintenant, il va falloir accompagner les producteurs et les productrices pour leur permettre de réussir. »

Sylvie Dulong, secrétaire nationale viticulture à la Fnab précise :

« Nous attendons depuis plus d’un an la mise en place d’un plan cuivre transversal qui nous puisse nous permettre d’aborder sereinement les réductions de doses autorisées. »

Sa demande va-t-elle être exaucée ?

 Dans un communiqué du 28 novembre, le ministre de l’Agriculture se félicite aussi de ces nouvelles modalités et souligne qu’une feuille de route préparée avec les parties prenantes sera présentée lors d'un prochain comité d'orientation et de suivi stratégique du plan Écophyto qui se tiendra début 2019.