Réglementation

Glyphosate : mesures et calendrier précisés

L'Anses a proposé certaines mesures concernant le glyphosate ainsi qu'un calendrier des différentes dispositions. CP : Photoagriculture/Adobe Stock
L'Anses a proposé certaines mesures concernant le glyphosate ainsi qu'un calendrier des différentes dispositions. CP : Photoagriculture/Adobe Stock

Suite à l’audition du 23 juillet de l’Anses par la mission d’information commune sur le suivi de la stratégie de sortie du glyphosate, des précisions ont été données quant aux mesures envisagées et au calendrier concernant le glyphosate. Il reste actuellement 21 spécialités autorisées à base de glyphosate, contre 201 fin 2018. Les options possibles d’ici la révision européenne prévue en décembre 2022 sont :

- retrait total d’usage ;

- limitation des quantités maximales utilisées pour certains usages ;

- impasse technique, qui nécessitera de conserver les usages actuels.

 

En grandes cultures, l’Anses déclare : 

« Il semble possible d’interdire le glyphosate pour les parcelles labourées, et de limiter les quantités maximales autorisées à l’hectare dans certaines situations. Cela pourrait ainsi convenir à l’agriculture de conservation, pour laquelle il est difficile d’envisager une spécificité car il n’existe pas de définition qui permette d’être ciblée comme dérogatoire dans une AMM. »

 

En viticulture, des situations d’impasse (terrains non mécanisables, forte pente, destruction des vivaces) seraient retenues. Sinon, une interdiction d’utilisation entre les rangs et une limitation d’environ 80 % de la dose maximale autorisée à l’hectare sous le rang seraient envisagées.

En arboriculture, les situations d’impasse technique correspondent notamment aux vergers qui ne peuvent pas être désherbés mécaniquement (système d’arrosage au sol, récolte mécanique au sol posant problème avec des arbres buissonnants). Une interdiction d’utilisation entre les rangs ainsi qu'une limitation des doses maximales (60 %) sont également possibles.

Pour les retraits d’usage, un délai de 12 mois sera appliqué (six mois pour la vente puis six autres mois pour l’utilisation), soit jusqu’en octobre-novembre 2021 selon la date de décision.

Pour les restrictions d’usage, il n’y a pas de délai mais les industriels auront six mois pour modifier les étiquetages, pour une mise en œuvre dès avril 2021.