Réévaluation

L'EFSA confirme la sécurité du glyphosate

Le rapport propose une nouvelle mesure de sécurité qui permettra de renforcer le contrôle des résidus de glyphosate dans l’alimentation. Photo : S.Bot/Pixel image
Le rapport propose une nouvelle mesure de sécurité qui permettra de renforcer le contrôle des résidus de glyphosate dans l’alimentation. Photo : S.Bot/Pixel image

L’Efsa et les États membres de l’UE ont finalisé la réévaluation du glyphosate et publient leurs conclusions ce 12 novembre. Le rapport conclut qu’il est improbable que le glyphosate présente un danger cancérogène pour l’homme et propose une nouvelle mesure de sécurité qui permettra de renforcer le contrôle des résidus de glyphosate dans l’alimentation. Ces conclusions seront utilisées par la Commission européenne pour décider s’il y a lieu ou non de conserver le glyphosate sur la liste des substances actives autorisées dans l’UE, et par les États membres de l’UE lorsqu’ils réévalueront la sécurité des pesticides contenant du glyphosate utilisés sur leur territoire.

En résumé, notons :

  • la fixation de seuils :
    • une dose aiguë de référence (DARf) : 0,5 mg par kg de poids corporel,
    • un niveau acceptable d’exposition des opérateurs (NAEO) : 0,1 mg/kg de poids corporel par jour,
    • une dose journalière acceptable (DJA) pour les consommateurs : 0,5 mg/kg de poids corporel ;
  • l’improbabilité que le glyphosate soit génotoxique (c’est-à-dire qu’il endommage l’ADN) ou qu’il constitue une menace cancérogène pour l’homme ;
  • concernant le rapport publié par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), dans lequel le glyphosate est catégorisé comme un cancérogène probable pour l’homme, l’Efsa indique que « l’évaluation a pris en compte une vaste quantité d’éléments, y compris un certain nombre d’études non évaluées par le Circ, ce qui explique en partie pourquoi les deux évaluations ont abouti à des conclusions différentes. »

Retrouvez ici les principales conclusions sur le glyphosate de l’Efsa ainsi que son résumé vulgarisé. L’Efsa a également produit un document supplémentaire qui explore en profondeur certaines des questions scientifiques soulevées par l’évaluation.