Noriap

Une prise de participation majoritaire dans Cocorette

Noriap a pris le contrôle de Cocorette. Pour Damien François, « c’est une grande étape pour le groupe puisque pour la première fois nous intégrons une marque qui parle directement au consommateur ». Photo : S.Bot/Média et Agriculture
Noriap a pris le contrôle de Cocorette. Pour Damien François, « c’est une grande étape pour le groupe puisque pour la première fois nous intégrons une marque qui parle directement au consommateur ». Photo : S.Bot/Média et Agriculture

Ce 18 mars, Noriap, après avoir obtenu le feu vert de l’Autorité de la concurrence, a pris le contrôle de la majorité du capital de Cocorette. Rappelons que le groupe coopératif détenait déjà 34% de la marque depuis 2016. À terme, plusieurs groupes coopératifs pourraient également investir dans Cocorette. Pascal Lemaire continue de porter ce projet, qu’il développe depuis 17 années. Il assure la présidence du groupe Cocorette.

L’ambition de Noriap est de faire de Cocorette une marque nationale avec un objectif de commercialiser un milliard d’œufs d’ici 3 ans. Pour se développer, Cocorette aura besoin de nouveaux producteurs. Les adhérents de Noriap intéressés pourront donc se lancer dans cette production.

« C’est une grande étape pour le groupe, indique Damien François, directeur général de Noriap. Puisque pour la première fois nous intégrons une marque qui parle directement au consommateur ».

Récemment, Cocorette a lancé plusieurs projets. En novembre dernier, elle a signé un partenariat avec Poulehouse, start-up qui a pour slogan « l'œuf qui ne tue pas la poule ». Le principe, dans le cadre d’un partenariat rémunéré avec l’éleveur, est d’assurer une seconde vie aux poules pondeuses. Autre projet : Cocorette travaille avec une start-up allemande Seleggt, qui a mis au point le ‘sexage in ovo’. Cette technique permet de détecter le sexe du poussin dans l’œuf au 9e jour. L’objectif est de ne couver que les femelles, évitant ainsi le broyage des poussins mâles. Les « œufs mâles » seront destinés aux ovoproduits.

Cocorette a également conclu un partenariat avec Merci les Algues. À partir du 1er mars prochain, les œufs plein air seront issus de poules élevées sans traitement antibiotique et avec l’incorporation de solutions à base d’algues, fournies par Olmix, dans leur alimentation.

 

Cocorette en chiffres :

-800 millions d’œufs commercialisés par an

-Un objectif d’un milliard d’œufs d’ici 2023

-120 M€ de chiffre d’affaires

-200 salariés