Natura'pro

Modernisation et professionnalisation

(De gauche à droite) : François Martel, Christophe Devos, Bernard Comte et Sylvain Robinet. Photo : I. Aubert/Pixel6TM
(De gauche à droite) : François Martel, Christophe Devos, Bernard Comte et Sylvain Robinet. Photo : I. Aubert/Pixel6TM

Un changement de l’ensemble du système informatique a pesé sur les résultats 2017-2018 de Natura’pro. Malgré ce contretemps, le groupe coopératif basé en Drôme-Ardèche poursuit son développement, avec un nouveau projet 2019-2021.

L’année 2017-2018 a été marquée par deux changements majeurs pour Natura'pro : l'élection d'un nouveau président et le changement de système informatique

Le nouveau président, Christophe Devos, commente :

« Le changement de système informatique a entraîné une perte de chiffre d’affaires, une augmentation des charges, car nous avons dû avoir recours à des intérimaires pour épauler le personnel, et une insatisfaction des clients. Notre priorité, pour que le groupe Natura Pro demeure attractif, est de résoudre ces dysfonctionnements. »

Malgré ce handicap et dans un contexte climatique défavorable, le chiffre d’affaires consolidé du groupe coopératif s’établit à 77,9 M€. L’activité provient à 45 % de la coopérative et à 55 % de la SA, présidée par Bernard Comte, qui gère les activités grand public (jardinerie, énergie, irrigation, motoculture, espaces verts). Chiffre auquel s’ajoutent les 6,8 M€ de chiffre d’affaires des coopératives CADP semences et L’Ardéchoise semences, soit un total de 84,7 M€.

 

Modernisation des magasins

Pour les prochaines années, le groupe coopératif entend poursuivre la modernisation de ses magasins. Des travaux sont notamment prévus au magasin Gamm Vert de Tournon, avec l’objectif de passer de 1,5 M€ à 2,2 M€ de CA en deux ans. Cette politique de rénovation a porté ses fruits jusqu’à présent, puisqu’en fonction des sites, les augmentations de chiffre d’affaires ont atteint + 1,4 à + 13,2 % en un an.

L’activité « irrigation » va également faire l’objet d’une attention particulière. Sylvain Robinet, le directeur, analyse :

« Notre territoire est très diversifié, ce qui implique un fort enjeu d’accompagnement technique. C’est un terroir à potentiel, à condition d’avoir accès à l’eau. »

Natura Pro va donc travailler, sur 2019-2021, à renforcer son professionnalisme : adaptation de l’offre à la suppression des 3R, accompagnement complet à la HVE et à l’accès à l’eau. Un chef de projet eau a déjà été intégré et l’équipe de pose renforcée. Un travail sur l’organisation et les compétences est en cours.

Parmi les autres projets en réflexion, citons la rationalisation des outils de stockage et de collecte. Le groupe gère actuellement 50 sites. L’ambition est toutefois de maintenir la proximité à l’aide d'une logistique performante et par d’autres moyens (Internet, téléphone, etc.), en s’inscrivant dans l’ère du e-commerce.

L’assemblée générale du 11 février s’est terminée par un hommage au travail de François Martel, qui a présidé l’Ardéchoise, puis Natura'pro depuis 2005. Ce dernier a « remercié ses copains, car on ne fait rien tout seul », soulignant que les responsabilités agricoles sont « d’abord des aventures humaines ».