Moisson 2020

Une récolte inférieure de 40 % pour Arterris

Arterris subit la plus faible récolte de son histoire. CP : Arterris
Arterris subit la plus faible récolte de son histoire. CP : Arterris

En raison des mauvaises conditions climatiques qui ont pénalisé les semis, la récolte est inférieure de 40 % à celle de l’an passé chez Arterris. La récolte 2020 devient ainsi la plus faible de l’histoire du groupe. Au même titre qu’en 2019, les collectes sont hétérogènes tant d’un point de vue qualitatif que quantitatif.

Arterris a collecté cette année moins de 200 000 tonnes de blé dur, soit une baisse de 25 % par rapport à l’année dernière. À l’Ouest du territoire, cette céréale a souffert des conditions climatiques de la période des semis jusqu’à la récolte. Les rendements comme la qualité en ressortent très hétérogènes et décevants. En revanche, les producteurs qui ont eu la possibilité de semer plus tôt ont dans l’ensemble de meilleurs résultats. À l’Est, malgré des surfaces toujours très faibles, les rendements et les qualités sont satisfaisants.

En blé tendre, la production du groupe accuse une baisse des volumes récoltés de plus de 50 %, notamment en raison des baisses de surfaces de l’ordre de 20 %. Comme pour le blé dur, les rendements ont chuté à l’Ouest.

Les rendements des autres céréales à paille, des fourragères et des protéagineux suivent la même tendance que pour le blé tendre et le blé dur. Avec une surface restée stable, les orges subissent une chute de récolte de 30 %. En pois, les surfaces ont baissé de 10 % et la collecte est en diminution de 45 %.

Malgré des semis effectués dans de bonnes conditions, le colza connaît, lui aussi, des rendements très décevants. Les surfaces ont augmenté de 20 % mais le volume des récoltes reste stable par rapport à 2019.