Maïs : des rendements très contrastés et bas en prévision

Les membres du Bureau de l’AGPM, réunis à Montardon la semaine dernière, ont brossé un premier bilan de la campagne en cours : les rendements s’annoncent très contrastés et inférieurs à la moyenne quinquennale au niveau national. L’été a en effet été marqué par une sécheresse quasi généralisée et deux épisodes de canicule sévères, défavorables aux cultures de maïs. Seul le sud-ouest de la France tire son épingle du jeu, avec des pluies salvatrices qui permettent d’envisager des résultats prometteurs.

Au-delà des résultats agronomiques, l’AGPM évoque les cours du maïs qui ont enregistré une forte baisse durant l’été et les importations qui s’accroissent : « les importations de maïs de l’Union Européenne connaissent un début de campagne record avec déjà 3,2 Mt enregistrés pour les deux premiers mois de la campagne, contre 1,4 Mt pour les trois dernières années. Cette situation vient conforter la tendance haussière des importations de maïs qui ont atteint le niveau inégalé de 24 Mt lors de la dernière campagne. »

Daniel Peyraube, Président de l’AGPM affirme sa conviction : « Si le maïs a été mis à mal en 2019, sa résilience a permis, comme à chaque sécheresse, de soutenir l’élevage en participant à l’affouragement d’urgence des animaux. Son utilité se manifeste par le dernier record d’importations : l’UE a importé l’équivalent de 1/3 de sa production de maïs. Cessons de sacrifier notre force de production ! Protégeons-la en poursuivant notre quête de durabilité. Mais ne nous y trompons pas, il n’y aura pas de maïs durable sans rentabilité ».