Le Gouessant

Pluralité et durabilité des modèles de production

Pour Thomas Couëpel, président de la coopérative Le Gouessant, les bons résultats témoignent de sa capacité à servir les attentes des marchés, en cultivant ses fondamentaux coopératifs. CP : DR
Pour Thomas Couëpel, président de la coopérative Le Gouessant, les bons résultats témoignent de sa capacité à servir les attentes des marchés, en cultivant ses fondamentaux coopératifs. CP : DR

Avec un chiffre d’affaires de 609 millions d’euros, Le Gouessant enregistre une belle année 2019 et poursuit ses investissements en faveur du bien-être animal, des matières premières alternatives ou encore des data sciences. 

En 2019, le groupe coopératif Le Gouessant a réalisé un chiffre d’affaires de 609 M€ (+ 3 %) et dégagé un résultat net de 11 M€. Au 31 décembre 2019, le groupe affichait un endettement financier positif de 1,5 M€.

« Ces bons résultats témoignent de notre capacité à servir les attentes des marchés, en cultivant nos fondamentaux coopératifs, indique Thomas Couëpel, le président. Nous avons accueilli plus de deux cents nouveaux adhérents, dont 35 jeunes à l’installation. »

Le Gouessant a commercialisé 865 000 tonnes d’aliments, soit des volumes en hausse de 3 % alors que le marché national progresse de 1 %.

Le groupe a consolidé ses positions en porc et a repris des parts de marché au travers de son groupement SYPROporcs qui a progressé de 21 %.

L’activité volaille de chair a poursuivi l’accompagnement de ses éleveurs dans les mutations de marché. Fin 2019, 60 % des élevages de poulets faisaient entrer la lumière naturelle dans leurs poulaillers, dont la moitié certifiée « nature d’éleveurs ».

En ruminant, malgré un marché mature marqué par une baisse du nombre d’éleveurs, Le Gouessant a étendu ses parts de marché (+ 26 % de ventes d’aliments sur trois ans).

En collecte, l’année 2019 a battu des records avec 210 000 tonnes de céréales et d'oléoprotéagineux engrangées. Déception du côté du maïs, pénalisé par une forte pluviométrie d’octobre à décembre.

Un autre fait marquant de l’année est l’extension de la zone territoriale de la coopérative aux départements du Calvados (14), de l’Orne (61) et du Maine-et-Loire (49).

Le Gouessant continue de s’intéresser à la pluralité et à la durabilité des modèles de production. La « coopérative par nature » a développé un concept d’élevage inédit en France : le porc Physior, dont les premières commercialisations sont attendues cet automne.

En parallèle, la bio poursuit son essor. Les volumes d’aliments biologiques commercialisés ont progressé de 11,5 %.

En 2019, Le Gouessant a poursuivi le développement de ses relais de croissance. L’aquaculture a franchi la barre symbolique des 22 000 tonnes d’aliments et a renforcé ses travaux de recherche sur les matières premières alternatives (insectes, algues…) et sur les aliments santé.

En légumes, 23 300 tonnes de pommes de terre ont été commercialisées sous marques Terres de Breizh, Mont St-Michel, Légum’party et marques distributeurs.

À noter que le groupe a participé au lancement de la start-up See-d. L’objectif est de développer des algorithmes intelligents pour un pilotage toujours plus fin de la performance en élevages.

Plus récemment, le groupe a annoncé l’acquisition de Vetinnov et de sa marque Easypill®, un complément alimentaire appétant développé pour faciliter l’administration de médicaments aux animaux de compagnie.

« Cette décision s’inscrit pleinement dans le cadre de sa stratégie de diversification qui vise à investir dans des produits techniques, relais de croissance à l’international », précise Le Gouessant.

 

Le groupe Le Gouessant en chiffres :

- 115 M€ de capitaux propres

- 609 M€ de CA 

- 11 M€ de résultat net

- 4 000 adhérents

- 760 salariés