Intelligence artificielle

« Siri, dois-je vendre mon blé ? »

Prévoir les marchés agricoles, cela relève encore de l’utopie. Toutefois, la technologie est d’ores et déjà en capacité d’agréger une quantité infinie de données et d’identifier des tendances de façon bien plus rapide et rationnelle que ce que peut faire l’humain. CP : scharfsinn86/Adobe Stock

Diagnostic médical, évaluation des risques, classification d’images, véhicules autonomes, outils de traduction en temps réel… les promesses et les applications, déjà concrètes, liées à l’intelligence artificielle sont nombreuses. Le secteur de l’agriculture n’est pas en reste, mais il convient de préciser, avec pédagogie et justesse, de quoi on parle précisément. L’IA est-elle capable de se substituer à l’humain et de le faire mieux ? Fera-t-elle preuve d’anticipation, sur les marchés par exemple ? Ce serait, avouons-le, le Graal suprême.

Vous devez être un abonné prémium pour pouvoir lire la suite

Déjà abonné, identifiez-vous

Pas encore abonné ? Abonnez-vous