Euralis

« Devenir des producteurs d’énergie décarbonée »

« Demain, Euralis aura une chaise bien ancrée sur son territoire avec toujours ses productions agricoles, semences et alimentaire et une production d’énergie décarbonée "made in d’ici" », détaille Christophe Congues. Photo : Laurent Pascal
« Demain, Euralis aura une chaise bien ancrée sur son territoire avec toujours ses productions agricoles, semences et alimentaire et une production d’énergie décarbonée "made in d’ici" », détaille Christophe Congues. Photo : Laurent Pascal

Ce 3 septembre, plus de 800 adhérents, collaborateurs et partenaires d’Euralis ont franchi les portes du Zénith de Pau. L’objectif de ce grand rendez-vous retransmis en live sur YouTube est de partager les engagements pris par Euralis en faveur d’une agriculture et d’une alimentation durables, plurielles, saines et accessibles.

Lors du rendez-vous d'Euralis, Christophe Congues, le président, a détaillé la stratégie du groupe coopératif et sa vision :

« À ceux qui prônent la décroissance, je souhaite leur faire passer un message. La FAO estime qu’en 2050, il faudra augmenter de 70 % la production agricole pour nourrir le monde. Si nous n’arrivons pas à relever collectivement et technologiquement ce défi à l’échelle de la planète, les gens qui auront faim viendront se servir chez vous, chez nous. Et ce monde de libertés se transformera en un monde de ghettos.

Oui, nous sommes les premiers défenseurs de l’environnement. Sans terre de qualité, sans eau, sans un climat raisonnable, nous serons les premiers pénalisés. Je souhaite qu’à partir d’aujourd’hui 100% de l’irrigation des cultures contractuelles d’Euralis soient pilotés de façon à être transparent et à n’apporter que ce qu’il faut et quand il le faut. C’est un devoir que nous avons vis-à-vis de la société, et Euralis doit être exemplaire.

Le choix du conseil dans le cadre de la loi EGalim va nous permettre de bâtir un modèle d’agriculture autour des biocontrôles, de l’agronomie, des outils technologiques et de la recherche variétale. Tout ceci afin de faire baisser massivement les produits phyto, mais aussi d’adapter nos plantes au futur changement climatique. Nous nous devons de proposer à nos adhérents la technologie la plus avancée au service des revenus et de l’environnement. Pour moi, le progrès ne vaut que s’il est accessible à tous. […]

Oui, un agriculteur doit vivre de son travail et de sa production. Pour relever le défi de l’amélioration des revenus agricoles, nous devons accentuer notre travail de recherche de contractuel à valeur ajoutée. Ceci afin de pérenniser la coopérative, car sans rentabilité, point d’avenir. Demain, Euralis ne sera plus un trépied avec ses activités agricoles, semences et alimentaire. Demain, Euralis aura une chaise bien ancrée sur son territoire avec toujours ses productions agricoles, semences et alimentaire et une production d’énergie décarbonée “made in d’ici”. Nous allons devenir des producteurs d’énergie décarbonée avec nos toitures, nos surfaces, nos matières organiques. Cela va générer de nouveaux revenus sur nos fermes et nos territoires. […]

Nous sommes 10 000 consommateurs en puissance et autant d’actionnaires. Pour arriver à cela, nous allons travailler à l’ouverture d’une partie du capital de la coopérative. Les agriculteurs, les salariés, les partenaires et les consommateurs qui partagent notre vision seront les bienvenus. »