Agrauxine

Le biocontrôle, un levier pour accélérer la transition agroécologique

Hugo Bony : « Il faut avoir une approche plus globale et ne pas avoir peur de revisiter l’itinéraire technique, aborder le biocontrôle à l’aune des rééquilibrages. » Photo : Jordane Chaillou

Le biocontrôle est désormais sorti de sa confidentialité, avec un chiffre d’affaires de 217 millions d’euros en 2019, il représente 11% du chiffre d’affaires total du marché de la protection des plantes (source baromètre IBMA France). « Et nous visons les 30% d’ici 2030 », indique Hugo Bony, directeur général d’Agrauxine.

Vous devez être un abonné prémium pour pouvoir lire la suite

Déjà abonné, identifiez-vous

Pas encore abonné ? Abonnez-vous