Actura

Les visites d’essais du réseau Étamines sous forme virtuelle

Les visites d’essais ont réuni plus de 280 participants, une hausse de 10 % par rapport à l’année dernière qui s’explique en partie par le format visioconférence. CP : DR
Les visites d’essais ont réuni plus de 280 participants, une hausse de 10 % par rapport à l’année dernière qui s’explique en partie par le format visioconférence. CP : DR

Le cycle de visites des huit fermes Étamines du réseau Actura en grandes cultures vient de s’achever. Face à la crise sanitaire, l’édition 2020 a dû s’adapter et proposer certaines d’entre elles en visioconférence.

« Malgré les règles imposées par la crise sanitaire, notre objectif était de présenter aux équipes du réseau Actura les travaux menés sur chacune de nos plateformes, précise Michel Bottollier, responsable Étamines chez Actura. Aujourd’hui, nous pouvons d’ores et déjà nous satisfaire du bilan positif de ces visites qui ont nécessité de la créativité dans la présentation et de l’agilité dans la façon de partager le contenu des expérimentations. Le nombre de participants est supérieur à l’an passé, et selon les enquêtes de satisfaction menées a posteriori, le contenu et la forme des visites ont été appréciés. »

Les visites d’essais ont réuni plus de 280 participants : conseillers préconisateurs, responsables techniques et chefs d’entreprise du réseau Actura, dont plus de 200 présents pour celles organisées sur le Web. Une hausse de 10 % par rapport à l’année dernière qui s’explique en partie par le format visioconférence.

À cause du Covid-19, six visites ont donc été organisées en visioconférence et deux en physique, car plus tardives dans le planning.

« L'enjeu des Web visites était de faire partager, en moins de deux heures, des informations nouvelles et précises tout en restant pédagogue, et cela, malgré l’absence d’observations en direct au champ », commente Michel Bottollier.

Chaque présentation a donc été conçue sur le modèle d’un parcours de visite au travers des itinéraires culturaux avec une alternance de vidéos, de prises de vues par drones ou de gros plans photo sur un symptôme particulier. Près d’une quinzaine de vidéos et plus de 160 photos ont été partagées en alternance avec les commentaires des responsables agronomiques et de ceux de l’équipe Étamines. Pour conserver l’interactivité entre les participants et les animateurs, un « chat » était utilisé par le biais de la visioconférence.

Michel Bottollier souligne :

« Ce modèle de visite en visioconférence a permis de donner plus facilement accès à la découverte des travaux menés par les fermes dans d’autres régions que celle d’origine des participants. »

Ainsi, des équipes terrain des adhérents du Sud-Ouest ont pu s’informer sur les essais réalisés dans le Bassin parisien, voire aussi, à des spécialistes techniques de la vigne de s’intéresser à l’innovation testée sur céréales en Normandie. Malgré la moindre convivialité, un consensus ressort sur l’intérêt de ces visioconférences pour partager à l’avenir des points techniques spécifiques, des restitutions de résultats d’essais, tout en gagnant du temps.